Yealmpton railway station

Coordinates:

Yealmpton station was a stone built railway station in Devon, and was the terminus of the Plymouth to Yealmpton Branch built to the south and across the River Yealm from the town of Yealmpton.

From 1898 to 1960, Yealmpton was the terminus of the Yealmpton to Plymouth branch railway line. The line was built by the Great Western Railway. In its early days the line carried passengers and freight. The growth in the number of motor cars and buses led to reducing passenger traffic in the 1920s and passenger services ceased on the line in 1930. From then until 1941, only freight traffic ran on the line. Passenger services were restored in 1941, as villages such as Yealmpton were then being used as dormitory areas by the people of Plymouth following the severe air raids on the city. The passenger services ceased again in October 1947 and freight services only ran until 1960, when the line closed completely. The station at Yealmpton was demolished and housing in Riverside Walk now stands on the site.

Mantri Prasad Naithani

Mantri Prasad Naithani is an Educational and Minister of Water Resources in Uttarakhand, India. He was former Cabinet Minister in the cabinet of N. D. Tiwari (Former Chief Minister of Uttarakhand) in the year 2002. Again he was voted in the Devprayag Legislative election and deputed for the Cabinet Minister in Uttarakhand. The address of his Legislative area is Village Sankro (Chauraas), Vikaskhand Kirtinagar, Tehri Garhwal.

Naithani was born on 20 July 1958 in family of Late Naag Dutt Naithani and Late Bhuma Devi in Village Koti, Post Banjiyaal Gaon, Patti Gyarahgaon Hindao, Vikaskhand Bhilangana, District Tehri in state Uttarakhand. He got the bachelor’s degree in Arts (B.A) and then he did the bachelor’s degree in Law as LLB. After getting the education he got married with Smt. Roshni Devi. At Present He is resident at R-09, Yamuna Colony In Dehradun District of Uttarakhand.

Naithani’s achievements and work during the political life are as the following;

Искинский сельсовет (Уфа)

Искинский сельсовет находится в Кировском районе городского округа город Уфа. Не является муниципальным образованием.

Границы Искинского сельсовета (согласно Закону Республики Башкортостан от 15.12.2002 № 386-з „Об описании границы муниципального образования Кировский район города Уфы Республики Башкортостан“).

На западе проходит по территории государственного унитарного предприятия Международный аэропорт Уфа, исключая поселок Песчаный Булгаковского сельсовета, между деревней Стуколкино Уфимского района и коллективными садами «Востокнефтезаводмонтаж» Кировского района города Уфы по прямой до озера Большой Улу-Куль, далее по оси озера до моста, через деревню Угличино до старицы реки Уршак.

На юге граница проходит по оси реки Уршак до деревни Петровка Булгаковского сельсовета Уфимского района.

На востоке — вдоль коллективных садов «Мельничное», «Каравай» Кировского района города Уфы по территории Уфимского лесхоза Дёмского лесничества.

На севере — по границам коллективных садов «Наладчик», «Виктория», «Солнечная поляна», «Черемушки», «Дубрава», «Долгое», «Белый аист», «Ясная поляна», по пустующим землям Уфимского района вдоль дороги до посёлка Геофизиков.

Образован Искинский сельсовет 6 февраля 1992 года (Указ Президиума Верховного Совета Башкирской ССР от 06.02.1992 № 6-2/28 (ред. от 21.06.2006)“Об образовании Искинского и изменении границ Русско-Юрмашевского и Федоровского сельсоветов в Уфимском районе“). Цитата:

Включен Искинский сельсовет в состав Уфы 17 апреля 1992 г. (Постановление Совета Министров Республики Башкортостан от 17 апреля 1992 года № 100 «О передаче хозяйств Уфимского района в административные границы г. Уфы, предоставлении земель для коллективного садоводства и индивидуального жилищного строительства» (в ред. от 19.10.1992 № 347)

При этом в тексте говорилось о Булгаковском сельсовете: «Включить в состав г. Уфы населенные пункты …Искино, Поляна, Локотки, Атаевка, Королево, Мокроусово, Фомичево, Камышлинский мелькомбинат, ст. Уршак Булгаковского сельского Совета».

Сельсоветы
Искинский сельсовет | Новочеркасский сельсовет | Турбаслинский сельсовет | Фёдоровский сельсовет
Разъезды
Бывшие разъезды Уфимской железной дороги | Действующие разъезды Уфимской железной дороги
Селения, коттеджные посёлки
Александровка | Аркаул | Атаевка | Аэропорт | Базилевка | Баланово | Ветошниково | Восьмое марта | Вотикеево | Елкибаево | Жилино | Забельский | Зинино | Ивановский | Искино | Карпово | Китайка | Князево | Козарез | Кооперативная поляна | Кооперативный | Королёво | Кузнецовский затон | Локотки | Лопатино | Максимовка | Мелькомбинат | Мечта | Мокроусово | Нагаево | Некрасово | Никольский | Новоалександровка | Новые Черкассы | Поляна | Посёлок Камышлинского мелькомбината | Посёлок станции Уршак (Уршак) | Речные зори | Романовка | Самохваловка | Сафроновский| Старая Александровка | Старолопатино | Старые Турбаслы | Тимашево | Тихая слобода | Третья пристань | Участка Нагаевского лесничества | Фёдоровка | Цветы Башкирии | Чернозёрский кордон | Чесноковка
Шакша
Вошедшие в состав Уфы в 1800-1960-х годах
Черниковка | Дёма | Черниковск

Heribert II.

Heribert II. war von 1198 bis 1225 Abt von Werden und Helmstedt. Er war stärker als die Äbte vor und nach ihm auf antistaufischer Seite an der Reichspolitik beteiligt. Auch erreichte die Nähe Werdens zum Papsttum unter Heribert ihren Höhepunkt.

Nach der Werdener Überlieferung soll er aus dem Geschlecht der Edelherren von Büren stammen. Allerdings war der Gebrauch dieses Namens in der Familie nicht üblich. Ein Bruder mit Namen Heinrich war Propst in Werden und seit 1200 Abt von St. Pantaleon in Köln.

Er war vor seiner Zeit als Abt Prior in Werden. Als Abt urkundlich nachweisbar ist er vom Juli 1198 bis März 1225.

Die Haltung des Klosters war seit einiger Zeit gegen die Staufer ausgerichtet. Daher war der Abt im Streit um die Herrschaft Anhänger von Otto IV. und Gegner von Philipp von Schwaben. An der Erhebung Ottos zum König durch den Kölner Erzbischof Adolf I. von Altena war Heribert beteiligt. Er unterzeichnete das Schreiben über die Wahl Ottos an den Papst. Seinen Bruder Heinrich schickte er als Abgesandten nach Rom. Der Abt nahm auch an der Krönung Ottos am 12. Juli 1198 in Aachen teil. Auch danach hielt er sich mehrfach in der Umgebung Ottos auf. Noch 1209 feierte er mit diesem das Pfingstfest in Braunschweig.

Diese Position war auch wichtig für sein Verhältnis zum Papst Innozenz III. Der Papst bediente sich Heriberts für bestimmte Aufgaben. Er gehörte 1204 zu den Kirchenvertretern, die den Erzbischof von Magdeburg Ludolf von Kroppenstedt vom Bann lösen sollten. Außerdem sollte er mit anderen Äbten die umstrittene Bischofswahl in Münster prüfen und eine Regelung herbeiführen. Dabei sprach sich Heribert für Otto I. von Oldenburg aus. Er nahm an einem Kreuzzug (wahrscheinlich den Kreuzzug von Damiette) teil und sprach im Auftrag des vom Papst ernannten Kreuzzugspredigers Oliver den Grafen von Wilhelm von Holland (von einem Bann) frei und wurde dafür von Erzbischof von Trier Johann I. gebannt. Davon hat ihn Papst Honorius III. 1218 absolviert.

Die Nähe zu Otto und zum Papst brachte dem Kloster einige Vergünstigungen. So fielen die von den Staufern geforderten jährlichen Zahlungen weg. Auch erhielt Werden das zuvor entzogenen Münzrecht zurück. Vom Papst erhielt er 1199 ein Schutzmandat mit der Bestätigung von Zehntrechten. Auf der anderen Seite waren mit dem politischen und kirchlichen Engagement auch starke Belastungen verbunden. Seine Gegnerschaft zu den Staufern führte dazu, dass der Besitz Werdens in Ostfalen von Philipp von Schwaben und dessen Anhängern verwüstet wurde. Auch die Aufwendungen, die mit der Beteiligung am Romzug Ottos von Braunschweig zusammen hingen belasteten die Finanzen der Abtei. Zur Finanzierung musste das Kloster Helmstedt eine Beisteuer von 12 Mark Silber leisten. Auch wenn Heribert den Kreuzzug vorzeitig abbrach, war dies auch mit hohen Kosten verbunden.

Wohl erst nach dem Tod Ottos ging Heribert zu den Staufern über. Er war 1222 bei der Krönung Heinrichs VII., dem Sohn Friedrich II., in Aachen anwesend. Vom Reichsdienst hielt sich Heribert unter der Herrschaft Friedrich II. offenbar fern.

Auch durch seine häufige Abwesenheit machte sich ein Nachlassen der Klosterdisziplin bemerkbar. Der Abt beabsichtigte Werden mit Unterstützung der Klöster in Deutz und Siegburg zu reformieren. Dabei wollte er sich auch auf die Autorität des Papstes stützen. Sowohl von Innozenz III. wie auch von Honorius III. erhielt Heribert entsprechende Erlaubnisse. Allerdings ist zweifelhaft, ob es tatsächlich zu nennenswerten Erfolgen kam, hat sich doch auch sein Nachfolger mit der Reformfrage beschäftigen müssen. Zu seiner Zeit war der Einfluss der Kölner Erzbischöfe groß. So verzichtete Werden zu Gunsten des Klosters Saarn auf einen Waldbesitz. Heribert war 1221 auch Zeuge für den Erzbischof in einer Urkunde für das Soester Walburgisstift.

Heribert starb nach der Werdener Überlieferung an einem 23. Juli oder an einem 29. März

Histoire urbaine de Lyon

L’histoire urbaine de Lyon permet de retracer les formes que prend l’occupation humaine du site au cours de l’histoire de la ville.

Développée par les Romains sur la rive droite de la Saône, Lugdunum s’étend rapidement et englobe le bourg gaulois de Condate situé au pied de la Croix-Rousse. La ville s’étendant, elle déborde sur l’île de Canabae (notamment quartiers artisanaux et commerciaux) et sur la colline de Fourvière (centre administratif et religieux). Cette implantation sommitale n’est possible que dans un second temps, grâce à la maîtrise des techniques hydrauliques permettant à l’aqueduc du Gier d’apporter l’eau dans la citadelle. La fin de l’Empire romain d’Occident met un terme à cet urbanisme : Lyon se resserre jusqu’à ne plus être qu’une petite bourgade concentrée en bord de Saône, autour des églises et des cimetières.

De cette concentration linéaire entre Saône et colline naît petit à petit l’urbanisme des traboules, caractéristique de Lyon. Ce sont les évêques et archevêques qui relèvent Lyon : soucieux de manifester le sentiment religieux, ils construisent et restaurent la future cathédrale, la clôturent, la dotent d’un scriptorium. Parallèlement, les abbayes se développent (Ainay, Île Barbe, Saint-Pierre). La ville se développe durant la renaissance carolingienne, puis végète à nouveau.

Sa situation privilégiée de confluent et de ville-frontière lui vaut de nouveau d’être sujet d’intérêt voire de convoitise de la part des grandes puissances du Moyen Âge central (roi de France, empereur germanique et pape), ainsi que de seigneurs locaux (Forez et Beaujeu). La ville se fortifie donc, autour des édifices religieux, principalement la cathédrale qui est entièrement rebâtie, mais aussi à Saint-Just ou Ainay. Des ponts commencent aussi à traverser la Saône. Le franchissement du Rhône est également tenté, mais les ponts de bois successifs sont détruits par les crues à plusieurs reprises, jusqu’à l’établissement beaucoup plus tardif d’un pont de pierre.

L’intégration à la France est douloureuse au début ; puis la faveur royale, aux débuts de la Renaissance (foires, soie), contribue à développer la ville, donc la croissance démographique est très forte au XVIe siècle : elle se densifie d’abord sur la presqu’île et le Vieux Lyon, puis déborde, principalement en direction de la Croix-Rousse. Les projets royaux sous l’absolutisme visent à aménager de manière solennelle l’espace central de la presqu’île : avenues et places sont créées et ornementées, le sud de la presqu’île est définitivement assaini et viabilisé. La ville, qui a atteint à la veille de la Révolution une population de 150 000 habitants, est très fortement touchée par les troubles révolutionnaires, et ne se relève que lentement.

C’est le second âge d’or de la soie qui est à la source de la croissance lyonnaise : la Croix-Rousse se développe et, surtout, la rive gauche du Rhône, enfin drainée, assainie et endiguée, est quadrillée de rues et d’immeubles. Le chemin de fer s’implante à Perrache puis en rive gauche. La croissance, assez spontanée aux débuts, est de plus en plus encadrée à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, avec les grandes opérations d’aménagement de la Presqu’île, les théories de la cité ouvrière de Tony Garnier, les rénovations urbaines entreprises ou envisagées dans les quartiers les plus anciens. Ces rénovations, qui se poursuivent au début de l’après-guerre, sont parfois excessives, visant à détruire un patrimoine ancien pour le remplacer par des quartiers « fonctionnels ».

Une prise de conscience de la valeur patrimoniale des quartiers anciens caractérise la fin du XXe siècle, confortée par l’inscription au patrimoine mondial du Vieux Lyon et de la presqu’île. Parallèlement, l’urbanisme est repris en main par la collectivité territoriale, et principalement par la structure intercommunale qui en récupère les plus larges prérogatives, la métropole de Lyon.

À l’époque gallo-romaine, l’actuelle ville de Lyon est divisée en trois quartiers distincts : Le premier est la ville romaine de Lugdunum, le second est le faubourg gaulois de Condate, correspondant aux premières pentes de la Croix-Rousse ; le troisième est l’île ou la presqu’île occupant l’emplacement du IIe arrondissement actuel.

La ville romaine de Lugdunum est fondée en 43 av. J.-C. par Lucius Munatius Plancus. À ses débuts, la ville romaine est située surtout sur la rive droite de la Saône, au pied de la colline, à l’emplacement de l’actuel quartier du Vieux Lyon. La raison en est simple : les premiers aqueducs alimentant la colline de Fourvière, monts d’Or, Yzeron et Brévenne, ne franchissent que tout juste le seuil de Trion, et a fortiori, n’atteignent pas le sommet de la colline. « La partie la plus élevée […] n’était, pour ainsi dire, pas habitée à cette époque ».

En 65, Lugdunum est victime d’un terrible incendie. Sénèque précise : « Assez souvent on a vu des villes endommagées par le feu, mais jamais tellement qu’il ne restât quelque vestige de ce qu’elles étaient auparavant… Après cela, qui croirait que tant de palais capables d’embellir plusieurs villes se soient évanouis en une nuit… Lyon qu’on avait accoutumé de montrer dans la Gaule comme l’un de ses plus beaux ornements, se cherche aujourd’hui et ne se trouve plus ». L’historien lyonnais André Steyert estime, en 1895, que l’auteur use d’hyperboles et d’exagérations rhétoriques : « Le feu s’est propagé dans la ville basse, s’est étendu sur les flancs de la colline, mais n’a pas atteint la partie la plus élevée ». Les fouilles de la ville haute n’ont montré aucune trace d’incendie dans les couches stratigraphiques, ce qui corroborerait l’hypothèse selon laquelle seules les parties basses de la cité auraient été touchées.

Après l’incendie et la reconstruction de la ville, l’aboutissement du chantier de l’aqueduc du Gier, dans lequel la technologie des siphons est suffisamment développée pour que l’eau atteigne l’actuel site de La Sarra, permet de configurer différemment la cité romaine, qui se construit au sommet de la colline de Fourvière, englobant l’actuelle basilique, le cimetière de Loyasse, le parc des Hauteurs, le sanctuaire de Cybèle, etc. Lugdunum atteint à cette époque son apogée (sous les Antonins, entre 96 et 192 environ) : elle compte alors entre 50 000 et 80 000 habitants. La Saône est alors la coupure majeur de l’espace lyonnais, séparant la ville des patriciens (Fourvière et Vieux Lyon) de celle du peuple (Condate et Canabae).

L’existence d’une enceinte encerclant la ville haute n’est pas attestée. Son érection restait un privilège accordé à une cité par l’empereur romain, phénomène plutôt rare en Gaule. L’apport archéologique est réduit : en 1957, des travaux à l’est de la place de l’Abbé-Larue mettent au jour un élément de mur et la base d’une tour, et en 1968, dans la partie nord de cette place, à proximité de la rue des Farges, sont dégagés des restes d’un mur antique rectiligne, large d‘1,80 m et long de 41 m. Amable Audin interprète ces restes comme étant ceux de l’enceinte romaine : « Le cardo […] monte […] jusqu’au mur d’enceinte qu’il traverse ». Toutefois, aucune épigraphe ou aucun texte ne corroborent cette hypothèse et il peut tout aussi bien s’agir d’un mur de soutènement.

Le forum, centre de la vie publique, était situé sous l’actuelle esplanade située devant la basilique Notre-Dame de Fourvière. Il était entouré du temple capitolin, à l’emplacement de l’actuelle basilique ; la curie, lieu des délibérations municipales, et la basilique, celui des délibérations judiciaires, dont les emplacements ne sont pas connus avec exactitude ; enfin, le palais impérial, qui aurait été situé à l’extrémité nord-est du plateau, (au nord de la basilique, à proximité de la tour métallique de télécommunication) selon les archéologues.

La structure urbaine de cet ensemble est conforme à ce qui se fait ailleurs dans l’Empire : rues orthogonales orientées suivant les points cardinaux, autour d’un cardo et d’un decumanus. Plusieurs rues actuelles ont gardé le tracé exact de la voie romaine à la place de laquelle elles sont bâties : c’est notamment le cas de la rue Roger-Radisson, de la rue Cléberg, de la montée de Fourvière. Selon Amable Audin, le decumanus est identifiable à l’actuelle rue Cléberg ; les fouilles récentes tendent plutôt à montrer qu’il agit de l’actuelle rue Roger-Radisson. La voie traverse le plateau en une diagonale large de 12 m dont le dallage est constitué de grands blocs de granit remarquablement assemblés. Cette rue débouche, au nord-ouest de la cité, sur un temple identifié par les fouilles du clos du Verbe Incarné comme le Sanctuaire municipal du culte impérial de Lugdunum où le podium du temple de Jupiter est découvert. Au sud du decumanus, le théâtre voit sa capacité passer de 4 500 à 10 700 places sous l’empereur Hadrien. Vers 160, on adjoint au théâtre un odéon de 3 000 places, consacré à la musique.

Le cirque aurait été situé, selon Amable Audin, dans le fossé de Trion, suffisamment plat pour abriter cette structure, probablement bâtie en bois vue l’absence de tout vestige. La proximité des nécropoles renforce cette supposition, car les jeux du cirque et la mort sont souvent liés dans la Rome antique. Le seuil de Trion est également le lieu où passaient les quatre aqueducs de Lyon : trois d’entre eux (dans l’ordre chronologique, Monts d’Or, Yzeron et Brévenne) venaient de l’ouest, franchissaient le seuil et se déversaient dans des réservoirs situés à proximité (Minimes). Le quatrième, celui du Gier, venait du sud (colline de Sainte-Foy), traversait le seuil de Sion pour remonter vers Fourvière, où était construit le réservoir principal de la ville.

Le bourg de Condate tirait son nom du latin signifiant confluent. Ce bourg constituait la partie « indigène » du Lyon antique. À ce titre, il est beaucoup plus ancien que Lugdunum, et les fouilles ont permis d’en faire remonter les origines au IXe ou au VIIIe siècle av. J.-C.. Certaines études contestent toutefois la nécessité d’un peuplement antérieur sur le site de Condate.

Outre la présence (éventuelle et encore incertaine) du premier confluent du Rhône et de la Saône à proximité, le quartier de Condate présentait une autre différence topographique avec la ville actuelle. Les travaux de la rue Terme ont abaissé d’environ neuf mètres la falaise surplombant la place Sathonay ; auparavant, elle mesurait une quinzaine de mètres de hauteur. La présence d’un pont ou d’un gué traversant la Saône n’est toujours pas avérée, même si elle est envisageable.

Le quartier concentrait plusieurs équipements gallo-romains, le plus célèbre étant l’amphithéâtre des Trois Gaules, inauguré en l’an 12 avant Jésus-Christ. La localisation de ce dernier a fait l’objet de multiples hypothèses l’ayant placé à Saint-Jean, Ainay ou à la place du théâtre. L’identification certaine de l’amphithéâtre avec les ruines situées rue des Tables-Claudiennes ne s’est faite qu’en 1958. Ces ruines étaient identifiées depuis 1820, mais la présence de l’euripe avaient fait croire à tort à François Artaud qu’il s’agissait d’un dispositif d’inondation destiné à organiser des naumachies. D’autre part, l’amphithéâtre, creusé au nord dans la colline, était bâti au sud sur un talus artificiel haut de plus de vingt mètres, qui venait s’appuyer sur la terrasse dont la falaise mentionnée ci-dessus constituait la fin.

Des thermes étaient implantés sur l’actuelle place Sathonay, sans qu’on sache s’il s’agissait d’un équipement public ou de l’annexe d’une maison riche. Le quartier était centré autour de l’autel du culte impérial, entouré de quatre hautes colonnes surmontée de statues représentant des victoires militaires. La partie la plus dense de ce bourg gaulois était située entre les actuelles rues du Jardin des Plantes et Constantine. Rien ne permet de croire que ce quartier était alimenté en eau potable par l’un des quatre aqueducs aboutissant à Fourvière. Mais rien ne prouve non plus l’existence d’un aqueduc dit « de Cordieu », venant de la Dombes, comme le suggère Camille Germain de Montauzan.

L’artisanat est développé dans ce quartier : les fouilles à la Grande-Côte et à Saint-Vincent ont mis au jour au moins sept ateliers de potiers, ainsi qu’un de verrerie.

À partir du milieu du IIIe siècle, ce quartier est lentement abandonné. Les fragments retrouvés dans la montée de la Grande-Côte lors des fouilles entreprises à partir de 1985 suggèrent l’existence d’un mur d’enceinte du bourg, assemblé au IIIe siècle en grand appareil, et dont les pierres provienne probablement soit de l’amphithéâtre, soit éventuellement du sanctuaire, les deux étant à cette époque tombés en déshérence.

L’île de Canabae, correspondant à peu près à la partie central de l’actuelle presqu’île, était un quartier résidentiel et commerçant, construit probablement au Ier siècle, même si le terme n’apparaît qu’au IIe siècle. Il était séparé en deux parties : le nord de l’actuelle rue Sainte-Hélène était plus artisanal et commercial, le sud plus résidentiel. C’est dans ce quartier que se trouvaient les principaux entrepôts de vin, de blé et d’huile destinés à la population locale ou au commerce.

Avec le déclin de l’Empire romain, précipité par les invasions barbares, Lyon, de grande métropole d’échange qu’elle était, redevient une petite bourgade. La cité se réduit dès l’effondrement de l’Empire romain aux deux rives de la Saône. Ainsi, de nombreuses parties de la cité romaine se vident de leurs habitants, notamment Fourvière, ou les quartiers autour des actuelles places de la Bourse, de la République ou des Terreaux. L’occupation humaine se maintient toutefois dans la zone de la place des Célestins et de l’église Saint-Nizier. L’espace urbain se ruralise ; les voies conservées gardent pour principale fonction de desservir des espaces agricoles, principalement des vignes sur la colline de Fourvière, mais aussi de garder un accès aux ruines, utilisées comme carrières de pierre.

Une des principales raisons de la désertion des points hauts est le rapide dysfonctionnement des aqueducs romains. En effet, ceux de Lyon sont particulièrement techniques, comportant tous des siphons. Ces derniers sont réalisés en plomb, matériau très prisés des pillards. La disparition du cadre juridique romain lève les interdits très sévères placés sur la protection des ouvrages d’art destinés à l’adduction d’eau potable. L’invasion sarrasine de 725 achève la destruction de ces ouvrages.

Le pomerium se réduit donc autour des pôles constitués par les églises et surtout par les cimetières qui y sont attenants. La ville du haut Moyen Âge est ainsi réduite, du Nord au Sud, de Saint-Paul à Saint-Georges, et en profondeur à quelques centaines de mètres au maximum de la Saône. Félix Benoit date de cette époque l’apparition de ce qui deviendra la forme caractéristique de l’urbanisme lyonnais, la traboule. En effet, les constructions s’étirent au maximum parallèlement à la Saône, l’accès à celle-ci étant obstrué pour tous les habitants ne donnant pas directement sur la rivière. La densification intervient plus tard au Moyen Âge : derrière chaque immeuble donnant sur la voie, un autre est construit, donnant sur la cour. On ne peut y accéder que par le passage. Les rues transversales étant très peu nombreuses, on finit par relier les deux rues en passant par la cour, ce qui offrait aux habitants un cheminement qui compensaient cette rareté.

La ville du IXe siècle est ainsi réduite aux établissements ecclésiastiques et à leurs dépendances. Par ailleurs, non seulement l’espace central est beaucoup plus réduit, mais il est faiblement urbanisé. Les tenures des deux grands propriétaires ecclésiastiques du centre-ville (chapitre cathédral et paroisse Saint-Paul) ne sont occupées respectivement qu’à soixante et cinquante pour cent environ au début du IXe siècle. À cette date, le nombre total de tenures de la villes est de 1 144. Il est donc possible, en extrapolant les données démographiques de l’époque, d’estimer la population lyonnaise de ce siècle à seulement 1 500 habitants seulement, dont environ 800 à 1 000 laïcs.

En 840, un éboulement emporte le forum romain et en disperse les restes dans l’actuel jardin du Rosaire, sous la basilique de Fourvière. La croissance ne commence faiblement que vers le XIe siècle, avant de s’accentuer entre 1180 et 1230, après quoi la ville stagne jusqu’au XVIe siècle.

Un autre des resserrements de la ville est la perte d’influence politique : alors que Lyon, capitale burgonde, rayonne encore dans toutes les directions, le Lyonnais du Moyen Âge central ne s’étend que vers l’ouest. Au Nord, passé l’actuel boulevard de la Croix-Rousse, commence la Bresse ; à l’est, la rive gauche du Rhône est située en Dauphiné. La ville de Lyon est une ville-frontière, dont le rayonnement urbain est entravé.

Au Moyen Âge comme à la Renaissance, la Saône est le véritable axe majeur de la ville. Artère commerçante, artisanale, source d’eau et d’énergie hydraulique, lieu de distractions, elle est bordée de grèves qui sont peu à peu aménagées et pavées. Au contraire, le Rhône, fleuve au cours violent et imprévisible, reste presque vierge d’aménagements. Sur la rive droite de la Saône se développent deux quartiers distincts. Le premier, situé en bord de Saône, correspond au Vieux Lyon actuel. Il est ceinturé d’une muraille, dans laquelle l’entrée de la ville se fait au sud (par la porte Saint-Georges) et au nord par celle de Bourgneuf. Entre 1180 et 1230, à l’époque où commence la construction de l’actuelle primatiale, la ville connaît une forte croissance démographique. Les nombreux habitants supplémentaires sont logés dans des lotissements que les archevêques implantent principalement en rive droite de Saône entre Saint-Jean et Saint-Paul et sur la presqu’île entre la rue Mercière et l’abbaye Saint-Pierre.

Au XIIIe siècle, la population de la ville croît franchement. Cela se voit à plusieurs indices indirects, les sources écrites ne permettant pas de quantifier le phénomène. En premier lieu, l’extension du bâti urbain dépasse largement les nécessités d’un simple accroissement naturel des habitants de la cité. Par ailleurs, le nombre d’hôpitaux augmente nettement, passant de cinq à douze sur le siècle. Une autre indication de l’accroissement de la population est l’installation d’un grand nombre de couvents d’ordres nouveaux qui accompagnent les limites de l’urbanisation (surtout pour les ordres mendiants). Enfin, et même si sa construction subit bien des aléas, le pont sur le Rhône est à coup sûr un facteur de développement. Par ailleurs, le pont de Saône et les fortifications qui lui sont associées sont aussi le marqueur d’un développement nouveau.

Cependant, à l’époque du rattachement de la ville au Royaume de France (1312), Lyon n’aurait été qu’une petite agglomération de 3 300 feux, comme l’affirme l’Avisamenta destinée à chiffrer les réparations dues par le roi à l’archevêque pour les déprédations commises durant le siège de Lyon. Le document est cependant à considérer avec précaution : il est très partial car cherchant à minimiser ces réparations. En outre, il fait suite et répond à un autre document, émanant de l’archevêque, qui maximise au contraire les torts subis par la ville.

L’urbanisation de Lyon durant le Moyen Âge central répond à une certaine logique, même si elle n’apparaît pas de prime abord. À l’instar de ce qui se fait à Florence quelques années plus tard sous la conduite d’Arnolfo di Cambio, il s’agit pour Lyon de constituer un tissu urbain relativement régulier, planifié, doté de parcelles de tailles assez similaires (même si on verra qu’un allongement progressif des parcelles s’effectue). Le tissu urbain fixé vers 1230 n’évolue presque plus ensuite durant trois siècles. En revanche, à l’intérieur de ce cadre fixé, un densification du bâti est sensible.

À l’époque où démarre le chantier de la nouvelle cathédrale Saint-Jean, l’archevêque Guichard de Pontigny fait fortifier le quartier qui comporte, outre la cathédrale, les églises Saint-Étienne et Sainte-Croix, ainsi que l’actuelle manécanterie. Le cloître cathédral, quadrilatère d’environ deux cents mètres de côté, est ceinturé d’un mur de plus de deux mètres d’épaisseur pour se prémunir des attaques comme celles qu’a menée le comte de Forez Guigues II en 1162.

Ce mur est doublé d’une enceinte qui englobe au nord l’église Saint-Paul (mais pas le château de Pierre Scize), au sud Saint-Georges, et qui escalade les pentes de Fourvière en croisant la montée du Gourguillon, en passant sous la terrasse de l’Antiquaille et à travers le jardin du Rosaire. Il s’appuie en partie sur des éléments structurels datant de l’Antiquité. La création d’un bâti continu dans tout le Vieux Lyon est daté des années 1180-1230. Il est principalement le fait de la politique de l’archevêque ou du chapitre cathédral.

Ce quartier est comme aujourd’hui divisé en trois bourgs d’inégales importances, chacun construit autour d’une église ou d’un groupe d’églises : le plus petit, au sud, est le bourg de Saint-Georges, autour de son église. Au nord, autour de l’église éponyme, se construit le quartier Saint-Paul. Enfin, au centre, le quartier Saint-Jean est construit autour du groupe cathédral, et en particulier autour de la primatiale, dont le chantier dure de 1170 jusque vers 1435.

Le second quartier de la rive droite est situé sur la colline, au niveau du seuil de Trion, et comprend les quartiers Saint-Just et Saint-Irénée, également ceints d’une muraille. Deux petits éléments se distinguent visuellement, mais n’entraînent alors aucun noyau de peuplement : le sommet de la colline de Fourvière, avec la chapelle Saint-Thomas, d’une part, et d’autre part le château de Pierre Scize. Aucun élément archéologique ne permet d’attester de la présence d’une enceinte. En revanche, les sources médiévales évoquent un « château de Saint-Just ». Cette enceinte a en tout cas soit été justifiée par une urbanisation croissante du secteur, soit permis cette urbanisation, qui est indéniable.

Le troisième quartier de Lyon est la presqu’île, barrée au nord par une clôture (« clausura ») percée d’une porte (Saint-Marcel). Cette enceinte a été bâtie principalement par l’archevêque Jean Belles-mains à la fin du XIIe siècle. Cette clôture est remplacée après les évènements de 1269-1270 : le rempart dit « mur des Terreaux » est alors construit pour protéger la ville des assauts venus du nord mais aussi pour protéger les bourgeois des appétits du chapitre. Ce mur dont la pérennité était incertaine se voit renforcé par l’arrivée du gardiateur imposé par le roi de France, qui, dans l’intérêt de son maître, monte la population contre les instances ecclésiastiques. Ce mur des Terreaux étant situé plus au sud que l’enceinte pré-existante, la surface enceinte de la ville est réduite, cas rarissime au Moyen Âge ; malgré cela, la perception de la limite de la ville reste, et ce durant des siècles, attachée à l’ancienne enceinte de Jean Belles-mains.

Il est structuré autour de l’église Notre-Dame de la Platière, que Leidrade nomme dans ses chroniques « église Sainte-Marie ». La place de la Platière (platea, plateria) fait face à celle de la Douane ou Saônerie (Saoneria, Salneria, située sur la rive droite, de l’autre côté du pont (aujourd’hui Pont au Change). Comme dans l’antique Lugdunum, la ville est coupée entre le quartier religieux, centre du pouvoir, en rive droite de la rivière, et la presqu’île, marchande et populaire. L’urbanisation de la presqu’île est pour partie due aux actions ecclésiastiques (archevêque, chapitres et surtout les abbayes Saint-Pierre et d’Ainay), mais aussi à la bourgeoisie, ce dont les noms de rues ultérieurs témoignent : les noms de rue « Ponce Olard », « de Fuers », « Grôlée » montrent que les grandes familles bourgeoises, à défaut de percer elles-mêmes les rues, en aménagent le foncier.

L’urbanisation, à l’abri de la clôture qui barre la presqu’île au nord et la sépare des pentes de la Croix-Rousse, se développe en cinq temps : tout d’abord, vers 1180, un premier lotissement se crée au sud de l’église Saint-Nizier, comprenant les rues Poulailleries, du Bois et Grenette, qui desservent des parcelles étroites (cinq mètres de largeur en moyenne), assez profondes (une vingtaine de mètres) mais non traversantes. Dans un second temps, probablement vers 1183-1185, en même temps qu’est posé le premier pont sur le Rhône, le percement, d’une part de la rue Mercière, d’autre part, des rues Ferrandière, de la Boisserie, Bonneveaux et du Palais-Grillet, entraîne la création, sur les côtés de ces dernières, de lotissements un peu plus vastes (6 × 25 mètres pour les parcelles donnant sur la rue Mercière). L’étape suivante, à partir de 1190 et jusque vers 1200, est celle du débouché des rues sur le Rhône, notamment la rue du Puits-Pelu et celle de la Boisserie. Si les lotissements créés le long de la première sont sensiblement équivalent à ceux des phases précédentes, ceux jouxtant la rue de la Boisserie sont plus larges (sept mètres) et surtout bien plus profondes (quarante mètres environ). Ensuite, vers 1220-1230, vient la phase d’urbanisation de l’espace compris entre les rues Mercière, Bourgchanin et du Port-du-Temple au sud et à l’ouest, le Rhône à l’est et l’urbanisation préexistante au nord. Ces lotissement, d’une largeur de cinq à sept mètres, mesurent jusqu’à une cinquantaine de mètres de profondeur. Enfin se déroule une phase de complétion du quadrillage qui s’est ainsi créé sur un demi-siècle ; sont percées les rues des Étableries, des Quatre-Chapeaux, Grenouille, de l’Aumône. La trame moyenne des îlots est un carré d’une quarantaine de mètres de côté. Les rues secondaires débouchent alors sur les principales par des porches ménagés sous les maisons riveraines.

Seules restent encore relativement vierges d’urbanisation les rives des cours d’eau. En effet, outre les servitudes de passage qui y sont liées, ces rives sont la propriété légale du seigneur. La bulle d’or définit la propriété exclusive (« investizon ») de tout bâti situé « au rivage des fleuves » comme étant celle du seigneur, comte ou archevêque. Ces rives sont loties au début du XIIIe siècle, moyennant de nombreuses autorisations de bâtir, de règles d’inconstructibilité, voire de démolition des bâtiments jugés gênants.

La limite de l’extension de l’urbanisation durant le XIIIe siècle est constituée dans un premier temps par les ordres de chevalerie (les Templiers s’installent à l’emplacement actuel du Théâtre des Célestins), puis dans un second temps, de manière plus systématique, par les couvents des ordres mendiants qui s’implantent alors à Lyon. Les Jacobins (Dominicains) s’implantent en 1218-1219 montée du Gourguillon, puis vers 1231-1232 dans le quartier qui porte leur nom, dans un couvent d’environ quatre hectares. Les Cordeliers (Franciscains) arrivent en 1220 et occupent un espace d’environ 1,4 hectares à l’emplacement du quartier éponyme actuel. Les implantations suivantes se font nécessairement plus au nord, la place étant déjà prise au sud : les Carmes arrivent en 1291, les Clarisses de la Déserte avant 1296, enfin les Augustins en 1301.

En 1346, alors que la France est en pleine guerre de Cent Ans, un projet de nouvelle enceinte est lancé ; celle-ci aurait mesuré environ 3 500 mètres et, cette fois-ci, serait passée au sommet des collines surplombant la ville d’alors. L’enceinte prévue passait approximativement à l’emplacement de l’actuel boulevard de la Croix-Rousse ; sur la rive droite de la Saône, elle passait par le château de Pierre-Scize, contenait l’actuel cimetière de Loyasse ainsi que le bourg de Trion, et rejoignait la Saône à peu près au même endroit que l’actuelle muraille de Fourvière, au milieu du quai Fulchiron. Cet ouvrage imposant était trop ambitieux pour une cité de cette taille, qui doit renoncer à le construire en totalité faute de financement, notamment à cause de la peste noire qui frappe Lyon en 1351. Seuls 1 600 mètres, c’est-à-dire environ 45 % du projet, sont construits. Au nord, le seul ouvrage réalisé est le fossé de la Croix-Rousse, qui est réutilisé dans la construction des murailles de 1512. Sur la colline de Fourvière, le mur est construit mais, au lieu d’englober le bourg de Trion, il s’appuie sur l’ancienne muraille de celui-ci pour isoler le bourg hors des murailles de la ville. Cette exclusion de Saint-Just et de Saint-Irénée du reste de la ville est très mal vécue par les autorités ecclésiastiques, bien implantées dans ces quartiers, et qui ont en outre financé entre un sixième et un tiers du projet.

Le Moyen Âge est également l’époque de la construction des ponts. Si la Saône, rivière au régime régulier et relativement paisible, est franchie depuis l’Antiquité sur des passerelles et des ponts — le principal point de passage restant toutefois le pont situé à l’emplacement de l’actuel pont Bonaparte — il n’en est pas de même du franchissement du Rhône : le fleuve, qui possède un régime quasi-nival, est sujet à de violentes crues ; les différents ponts de bois construits n’y résistent pas. Par ailleurs, les fluctuations du fleuve entraînent une rapide évolution des rives, qui ne sont pas fixées avant le XVIIIe siècle : des créments se créent en rive droite du Rhône et agrandissent peu à peu la presqu’île, tandis que la rive gauche est érodée et parcourue de lônes. Les deux rives de la Saône, quant à elles, sont des zones de dépôt. Ainsi, au droit de Saint-Nizier, la presqu’île s’élargit de plus de cent mètres.

La mise en place d’un pont de pierre n’est possible que du moment que l’archevêque Pierre de Savoie en confie la réalisation aux cisterciens de l’abbaye d’Hautecombe puis de Chassagne.

Au milieu du XVe siècle, Lyon est une des villes les plus peuplées d’Europe. Elle compte alors trente-six quartiers dont chacun possède une spécialité commerciale. La prospérité économique de la ville, due notamment aux quatre foires annuelles accordées par Louis XI, à l’installation de nombreux banquiers italiens, au développement de l’imprimerie et au lancement de l’industrie de la soie, entraîne un accroissement démographique conséquent.

À partir du creux démographique des années 1430-1440, la population de Lyon progresse régulièrement. Arthur Kleinclausz estime que la ville contient 25 000 habitants au milieu du siècle. La croissance est ensuite forte, pour arriver à environ 35 000 habitants vers 1520 et entre 60 000 et 75 000 au milieu du siècle. Cette augmentation est essentiellement due à l’immigration, issue de la Savoie, du Dauphiné et de la Bourgogne. La ville s’étend surtout vers la Croix-Rousse, à la faveur de la nouvelle muraille construite sous François Ier.

Aux pieds des pentes de Fourvière, la ville enserrée par les cloîtres des chanoines est ouverte de force par le baron des Adrets, qui abat leurs murailles en 1562. Le capitaine protestant ne se contente pas de détruire ce cloître : il abat également les fortifications du château de Saint-Just, et il trace entre les deux quartiers l’actuelle montée du Chemin-Neuf. Sur la presqu’île, plusieurs cimetières de couvents ou d’églises sont transformés en places : celui des Jacobins en 1562 (place des Jacobins), des Cordeliers en 1567 ou de l’église Saint-Nizier en 1593. L’actuelle place Bellecour est un terrain militaire qui est plusieurs fois réaménagé. Aux pieds des pentes de la Croix-Rousse, l’antique fossé des Terreaux est comblé, pour permettre l’extension urbaine sur le bas de la colline. Des transformations ont également lieu dans l’emplacement des activités urbaines. Le principal marché aux bestiaux, situé jusqu’en 1490 rue Juiverie, en plein centre du quartier d’affaire alors en expansion, est écarté vers la place de la croix de Colle. De même, le marché aux porcs est éloigné en 1513 du centre pour être installé dans les fossés de la Lanterne. Ces modifications, et d’autres, traduisent une volonté municipale de repousser les activités polluantes en périphérie, pour permettre au centre-ville de se concentrer sur sa fonction résidentielle et de limiter les causes de maladies.

Il est difficile d’avoir une vue générale de la morphologie des maisons de cette époque, très peu d’entre elles ayant été conservées. En règle générale, elles sont étroites, entre cinq et six mètres, et profondes, jusqu’à une vingtaine de mètres ; elles sont généralement dotées de deux étages. Elle peut être reliée à un second bâtiment à l’arrière, réuni au premier par des galeries à chaque étage, eux-mêmes accessibles par un escalier à vis. À côté de ces demeures du commun, de nombreuses maisons somptueuses sont bâties dès le XVe siècle, comme la maison de la Rose, rue Mercière, possédée par le conseiller Ennemond de Syvrieu puis par Jacques Cœur. Mais c’est au XVIe siècle que les plus grandes demeures ayant des éléments de style Renaissance sont construites.

Portée par un enrichissement soutenu, la ville se développe et se reconstruit constamment. Sa morphologie générale ne bouge pas beaucoup ; elle ne s’étale pas, elle se densifie. Les jardins se réduisent progressivement, les maisons sont reconstruites sur place avec quelques étages de plus. Mais le sud de la presqu’île tout comme les pentes des collines ne s’urbanisent pas. Le consulat, confronté à la transformation des fonctions et de l’importance socio-économique de leur cité, tente d’adapter un urbanisme encore typiquement médiéval au début de cette période (rues étroites, places publiques peu nombreuses, quartiers homogènes entre eux) à des fonctions nouvelles. Durant les cent cinquante ans de la Renaissance lyonnaise, les élites de la cité parviennent à la faire évoluer largement ; les quartiers s’individualisent et se spécialisent, les places apparaissent, les voies de communication importantes sont aménagées.

L’élévation du nombre d’habitants par maison est concomitant à l’essor économique débutant en 1460. La rive droite de la Saône, en particulier, entame un mouvement de destruction des vieilles bâtisses pour reconstruire plus haut et plus riche. Les espaces encore cultivés disparaissent à cette époque, et au cours du XVIe siècle, toutes les habitations susceptibles d’être surélevées, le sont. Jusqu’aux années 1500, les architectures sont d’inspiration gothique, pour évoluer ensuite dans un mélange confus où toutes sortes de styles s’entremêlent. La richesse de la ville permet aux bâtisseurs de renouveler l’art gothique des édifices, sans que le style Renaissance parvienne à s’imposer. C’est de cette densification intense que naissent les traboules, chemins privés devenant par la force des choses voies semi-publiques, mais au statut toujours ambigu, qu’empruntent les piétons forcés par l’étroitesse des voies et leur engorgement de trouver des passages différents.

Une des étonnantes particularités de l’urbanisme lyonnais de cette période est que, malgré l’influence architecturale italienne et le facile approvisionnement en eau, aucune fontaine monumentale n’est bâtie. Les seuls points d’eau disponibles sont des puits. De même, la décoration urbaine est très limitée : peu de statues sont érigées à cette époque, il faut attendre les grands travaux du XVIIe siècle pour voir la création du premier édifice décoratif, une pyramide dressée place des Cordeliers en 1609 en l’honneur du Roi et de la Trinité.

À la fin du XVe siècle, les deux parties les plus densément peuplées sont la rive droite de la Saône et, sur la presqu’île, un centre urbain et bourgeois correspondant à la rue Mercière (via mercatoria) de l’époque, qui courait du pont sur la Saône à celui sur le Rhône, en une longue transversale. Les corporations, métiers et nations étrangères sont fortement regroupées au sein de quartiers ou rues, signe d’une solide organisation du corps social lyonnais.

Le quartier Saint-Georges est à la Renaissance un quartier pauvre, peuplé d’affaneurs, de pêcheurs, maçons, tisserands et reveyrans (constructeurs de bateaux). Ce quartier, qui n’attire jamais les notables, et toutefois habité par les Bellièvre (Pomponne de Bellièvre et sa famille) et la commanderie de l’ordre de Malte.

À la fin du XVe siècle, l’église Saint-Georges est restaurée. En 1492, l’hôtel de la commanderie de l’ordre de Malte est construit non loin par Humbert de Beauvoir et il en profite pour remettre en état l’église Saint-Georges. Il fait refaire l’extrémité du chœur et embellit l’ensemble du bâtiment. Il fait apposer ses armes dans l’église ainsi que celles de l’ordre.

Autour du palais de Roanne et de la rue du palais, la population est composée majoritairement de merciers, de pelletiers, apothicaires, notaires, changeurs et docteurs en lois. Ce quartier, avec la montée en puissance du pouvoir royal sur la ville représenté par le gardiateur, repousse les habitants plus pauvres vers le sud. C’est autout du quartier canonial, de la porte Froc au nord, en passant par la rue de la Bombarde, le Gourguillon que l’on retrouve des pauvres gens, affaneurs, pêcheurs, reveyrans. À la Renaissance, lorsque le château de Pierre-Scize est définitivement réquisitionné par le roi de France, l’archevêque Charles de Bourbon décide de reprendre place dans le palais intra-muros.

Il fait alors lourdement rénover l’édifice pour le mettre au goût du jour, même s’il ne reste que peu de temps sur Lyon. Les travaux sont réalisés autour de 1466. Les modifications les plus importantes sont la réalisation d’un grand corps de bâtiment le long de la Saône, la construction d’une chapelle contre le chevet de la cathédrale et la couverture de la rue des Estrées par une terrasse. Plus mineur, il fait également réaliser une guérite sur la façade face à la rivière et une porte monumentale au nord-ouest, donnant sur la rue de l’archevêché.

Les quartiers de Pierre-Scize et Bourgneuf concentrent de longue date les activités du textile. À la Renaissance, entre Saint-Paul et Saint-Christophe, prospèrent les artisans des armes, des imprimeurs et libraires. Le sud de la place Saint-Paul voit également s’installer un bon nombre de changeurs, orfèvres et marchands d’origine piémontaise, florentine ou espagnole. Ce quartier, qui était encore pauvre au sortir de la guerre de Cent ans, a vu tout au long du XVe siècle la population s’enrichir et évoluer, les activités subalternes disparaissant largement. Entre la rue Juiverie, la place du Change et Notre-dame du Palais se situe le cœur des activités bancaires lyonnaises, et un centre commercial très actif, dirigé par les italiens et où logent les commis de toutes les nations européennes.

Le plateau de Fourvière est toujours très peu dense. Les pentes de la colline ne sont loties que le long des rues qui montent au plateau, comme le Gourguillon ou le Chemin-Neuf, créé à cette époque. Les seuls établissements créés à cette époque sur les pentes de la colline sont des demeures d’aristocrates ; la plus connue est celle de Pierre Sala, qui deviendra plus tard l’hôpital de l’Antiquaille.

Le quartier Saint-Nizier est le centre commerçant du côté impérial de la cité. Face au quartier du Change, ce quartier regroupe essentiellement des personnes aisées. En son centre, l’église Saint-Nizier est achevée fin XVIe siècle. Tout autour de l’église, on retrouve pelletiers, merciers, drapiers, marchands et notaires, entre les rues Vendrant, Longue et Mercière. Les grandes familles bourgeoises y sont, telles les Humbert, Aynard de Varey et Humbert de Villeneuve ; la rue Mercière a elle seule concentre les Le Maistre, Syvrieu et Thomassin. Au passage entre le XVe et le XVIe siècle, elle vit du commerce du drap et des fourrures, des parcheminiers. Plus tard, de nombreux imprimeurs s’y installent. Cette bourgeoisie s’agglomère à la noblesse, par l’achat de seigneurie ou le service du roi. On y trouve également des Milanais et des Allemands.

Ce quartier est limité au nord par la nouvelle muraille, construite à l’initiative de François Ier entre 1545 et 1550 par François de Mandon de Saint-Rémy. Une tour à canons la termine à l’est défendant la ville contre une invasion venant du côté du Rhône. À l’ouest, c’est le fort Saint-Jean qui termine cette muraille. Entre, la clôture est fortifiée de quatre bastions carrés. Cela n’empêche pas la subsistance de la muraille du XIVe siècle jusque vers la fin du XVIe. En 1650, cette muraille, qualifiée de « fossats » est remplacée par des rues et une esplanade (future place des Terreaux). Cette esplanade est utilisée notamment pour les exécutions capitales, en particulier celles de Cinq-Mars et de Thou. Elle est aussi l’emplacement d’un éphémère temple protestant, bâti par le baron des Adrets.

En s’éloignant du cœur du quartier, on rencontre des rues où les artisans et le menu peuple vit mieux qu’ailleurs, profitant des richesses des foires. Ainsi, les rues de la Pêcherie et de l’Erberie, majoritairement habitées de pêcheurs, préparateur et vendeurs de poissons, ne connait plus de pauvres. Mais d’autres zones proches sont elles encore habitées de gens de conditions modestes : en allant vers le Rhône, ou en descendant vers Bellecour.

Au sud de Bellecour, et surtout à partir d’Ainay, se trouvent surtout des prés, des vergers, puis des marécages et des îles. La presqu’île est sanctuarisé par des couvents qui possèdent de vastes surfaces, destinées à la production agricole. À noter que le pont de pierre sur le Rhône, long de 270 mètres, est achevé au début du XVIe siècle. Il vient remplacer les nombreux ponts de bois construits au Moyen Âge pour passer sur la rive gauche du fleuve.

Paradoxalement, la construction des ponts, que ce soit sur le Rhône ou sur la Saône, constitue la première étape d’un long processus de désaffection des Lyonnais envers les cours d’eau. En effet, les ponts facilitant le transport d’une rive à l’autre, les bacs à traille et les modères (petites barques utilisées pour le transport de personnes) sont abandonnés ; par conséquent, les porches bateliers étant inutilisés, les grèves perdent leur fonction de lieu de passage.

Les pentes de l’actuelle Croix-Rousse, peu peuplées, se densifient à cette période, tout comme la rive gauche du Rhône.

Dans Lyon dans son lustre, Samuel Chappuzeau estime que la ville de Lyon, « si elle ne le veut pas disputer à un Londres ou à un Paris, […] à prendre la hauteur de ses bâtiments qui sont la plupart exhaussés jusqu’à six étages, il y aurait trois Constantinoples ou trois Caires l’un sur l’autre ». La vile de Lyon, même compte tenu des exagérations d’un auteur dithyrambique, est déjà à cette époque une grande ville.

Durant l’absolutisme, les premières grandes opérations d’aménagement urbain sont menées à Lyon. Les premières ne sont d’ailleurs pas le fait du pouvoir royal, mais lancées à l’initiative des communautés religieuses. Deux ponts sont construits sur la Saône vers 1635. L’initiative en revient à l’ingénieur parisien Christophe Marie, entrepreneur général des ponts de France, qui est en train de terminer à cette date le Pont Neuf. Le 7 septembre 1634, il passe un marché avec le consulat afin de construire un pont de bois reliant l’archevêché au sud de la presqu’île (à l’emplacement de l’actuel pont Bonaparte) ; le chantier doit durer moins d’un an, puis le pont sera soumis à concession pour trente ans, avec une libre fixation du tarif de passage par le gestionnaire. En réalité, l’exécution prend du retard : un acte du 5 janvier 1637 témoigne du quasi-achèvement de l’ouvrage, que ne peuvent cependant pas encore emprunter les carrosses et charrettes. Ce pont, à la mode de l’époque, est commerçant, et supporte trente-deux boutiques situées sur les deux côtés du pont. Fort de ce premier succès, Christophe Marie propose le 3 mars 1637 la construction d’un autre franchissement de la Saône, reliant les faubourgs industrieux de Saint-Paul et de Saint-Vincent ; le contrat est signé le 8 mai ; néanmoins, ce second chantier est mal accepté par la population, surtout des bateleurs dont les barques servent au passage de la rivière, et qui craignent d’être ruinés par la construction du pont ; de nombreuses dégradations et même des agressions d’ouvriers ont lieu. L’achèvement de ce second ouvrage n’a ainsi lieu qu’en 1641.

La place des Terreaux, bien qu’encore non aménagée, est déjà tracée ; elle justifie l’aménagement d’un nouveau pont (la future Passerelle Saint-Vincent). Plus au Sud, Henri IV aménage une promenade plantée de trois cents arbres, ainsi qu’un pont la desservant : en 1708, cette promenade est aménagée par son petit-fils Louis XIV, et prend le nom de place Louis-le-Grand : c’est l’actuelle place Bellecour.

Les diverses places aménagées (Jacobins et Cordeliers notamment) le sont sur les seuls espaces qui demeurent disponibles en centre-ville, c’est-à-dire les cimetières. En revanche, les rues ne suivent pas de plan préconçu : elles sont soient parallèles soient perpendiculaires aux deux rivières. Une certaine orthogonalité spontanée se dégage, mais les rues transversales n’aboutissent que rarement directement sur les quais. Près de l’abbaye d’Ainay, de grands travaux de drainage et d’endiguement sont menés, qui rattachent l’île méridionale à la presqu’île. Les opérations royales se font plus nombreuses au XVIIIe siècle, avec la participation d’urbanistes réputés : Cotte, Soufflot, Perrache et Morand. Un premier projet d’aménagement du Sud de la Presqu’île, très monumental, est proposé à la fin du XVIIe siècle par Jules Hardouin-Mansart, comprenant une cité administrative et un parc inspiré de celui de Versailles. Enfin, tout au long de cette période, plusieurs ponts sont jetés sur la Saône, qui en comte cinq à la veille de la Révolution. Par contre, le deuxième pont du Rhône n’est lancé qu’en 1774.

C’est sous l’absolutisme que la généralisation de la numérotation des maisons se fait. Après une première tentative au XVIe siècle, l’ordonnance royale de 1768 en prescrit la généralisation à des fins militaires (logement des troupes en déplacement).

Le dernier grand projet de l’Ancien Régime est le plus ambitieux. Il s’agit de détruire les murailles de l’abbaye d’Ainay et de lancer des grands travaux qui rendent les marais et îlots du sud de la Presqu’île praticables et prêts à l’urbanisation. Par ailleurs, les terres viables ainsi créées doivent permettre une amélioration de la route allant vers le Languedoc, et autoriser l’implantation de nombreux moulins hydrauliques sur les rives endiguées. Les travaux, encadrés par Antoine Michel Perrache et Guillaume Delorme, et financés par le Compagnie des Intéressés aux Travaux du Midi à Lyon, commencent en 1771. Mais des erreurs de calcul entachant le progrès ainsi que l’hostilité de propriétaires craignant de voir la valeur foncière baisser avec cette nouvelle offre font obstacle aux travaux. Seule la digue supportant la route, ainsi que le pont de la Mulatière, sont réalisés. Face à ces difficultés, un des projets envisagés est de faire de cet espace un lieu réservé aux protestants ou aux Juifs. À la mort de Perrache, en 1779, les travaux sont délaissés, la compagnie faisant face à plus de deux millions de livres de dettes. Le roi rachète la dette en devenant propriétaire des terrains en 1784, mais la Révolution porte le coup de grâce aux travaux.

La cartographie de Lyon, encore très parcellaire et timide, commence à la fin du XVIIIe siècle, avec les relevés effectués sous la direction d’André Ferrand (1714-1790).

À l’orée du nouveau siècle, Lyon sort diminuée de la tourmente révolutionnaire. La ville a perdu au moins 20 000 habitants sous la Révolution, et sa population s’établit à 94 000 habitants au recensement de 1804. Sous le Premier Empire, la croissance démographique est forte, pour arriver à 121 000 personnes à Lyon en 1812. Le siège de Lyon a endommagé et brûlé de nombreux quartiers. La plaine des Brotteaux est associée aux massacres de 1793.

À l’intérieur de ces limites originelles, de larges espaces sont libérés sous la Révolution par la vente des biens du clergé. Ils sont rapidement bâtis dès le début du nouveau siècle. Les ouvriers qui travaillent la soie, devant se doter de nouveaux métiers à tisser très volumineux, migrent des quartiers Saint Jean et Saint Paul pour aller dans de nouveaux immeubles, construits spécialement pour cette activité dans les années 1830 et 1840, sur la Croix-Rousse notamment.

Alors que la plupart des vingt-huit quartiers de 1746 portaient des noms de chapelles ou d’églises, la nomenclature de 1797 cherche à s’en débarrasser : les renommages font référence à des éléments géographiques (Rhône et Saône, Midi) ou à des bâtiments ou institutions importantes qui y sont implantés (Monnaie, Bibliothèque, Marché aux Toiles, etc.). En l’an X (1802-1803), ces appellations sont même remplacées par des numérotations jugées plus rationnelles.

De manière plus anecdotique mais aussi plus proche de la vie de tous les habitants, les plaques des rues sont uniformisées et standardisées en fonction de la direction de la voirie par rapport aux deux cours d’eau : celles nommant les rues parallèles aux fleuves sont de forme ovales, celles nommant les rues sécantes (et souvent orthogonales) sont carrées. Le décret impérial de 1805 rend la numérotation des maisons obligatoire à des fins fiscales ; la mise en application lyonnaise date de 1811.

Ce projet a pour initiative l’ambition des élites de la ville de transformer le sud de la presqu’île. À cette fin, ils demandent à l’architecte Curten aîné de réaliser, en 1805, un plan d’aménagement pour un vaste parc d’agrément. Le devis des divers aménagements paysagers et hydrauliques du projet « à la chinoise » est estimé par M. Curten à 350 000 francs. Les travaux de Perrache sont ainsi peu à peu prolongés, et la Ville rachète les terrains en 1806.

Napoléon Ier projette à cette époque d’établir quatre sièges impériaux répartis sur le territoire. Il choisit Lyon à la suite de l’insistance de plusieurs notables de la ville qui lui proposent de lui offrir un vaste terrain sur la confluence pour qu’il le réalise. Cette générosité s’explique bien sûr par les avantages attendus de l’installation d’un tel édifice dans la cité, mais également car les travaux de nivellement et de sécurisation du terrain sont si considérables qu’ils font reculer les édiles locales.

Napoléon nomme pour cet édifice l’architecte Pierre-François-Léonard Fontaine qui prépare deux propositions, une sur le site de la confluence et l’autre à Sainte-Foy-les-Lyon. Napoléon choisit celui de la confluence mais en demande une version plus simple que ce que l’architecte avait initialement prévu. Nous avons une description de ce projet fourni par l’intendant Pierre Daru. Les travaux commencent en 1810 et se poursuivent jusqu’en 1813, puis cessent à cause de la guerre. La municipalité conserve l’allée et la place réalisée, qu’il réintègrent à un plan de 1782. Le plan de Fontaine prévoyait la rue Victor Hugo, qui est tout de même réalisée entre 1817 et 1841.

Durant le dix-neuvième siècle, la ville de Lyon se transforme énormément. La principale évolution est démographique : entre 1789 et 1914, la population passe d’environ 150 000 à 460 000 habitants en 1914.

Durant les années 1825 – 1850, l’évolution morphologique majeure de Lyon est le considérable et anarchique développement des faubourgs de la ville, des Terreaux à la Guillotière. Sur cette zone se déploient une multitude d’industries et s’installe une large population. Cette croissance est accompagnée et vivifiée par l’implantation du chemin de fer, et s’effectue malgré les menaces des inondations. Les faubourgs lyonnais passent de 18294 habitants à 43524 entre 1831 à 1851.

La première représentation cadastrale de Lyon date de 1835. Elle couvre, au







1




/




2000






{\displaystyle \scriptstyle {1}/{2000}}


e, 1 024 hectares, ce qui correspond au Vieux Lyon et à la Presqu’île, ainsi que Vaise, Saint-Just, Saint-Irénée et La Guillotière. Les levées sont effectuées sous le contrôle de l’architecte en chef de la ville, Louis Flachéron.

Un des plus importants changements intervient en 1837, à l’achèvement de la première ligne de chemin de fer du continent européen (la Ligne de Saint-Étienne à Lyon). À cette occasion, la première gare lyonnaise est construite, la gare du Bourbonnais. Le chemin de fer, dans la perspective du projet de Jean de Lacroix-Laval de faire du sud de la Presqu’île un quartier industriel, est particulièrement bienvenu. 283 000 mètres carrés sont cédés à la compagnie ferroviaire. Après la loi du 11 juin 1842, de vives discussions s’engagent sur le lieu dans lequel implanter la gare du Paris-Lyon-Marseille, et c’est Perrache qui finit par être choisi.

Entre 1830 et 1855, huit ponts sont construits sur la Saône, cinq sur le Rhône, mais tous sont payants (cinq centimes par exemple pour le pont Morand), à l’exception du pont médiéval de la Guillotière. Ce n’est qu’en 1860 que les ponts du Rhône sont affranchis, et en 1865 pour ceux de la Saône. Cette construction de ponts va de pair avec un endiguement, particulièrement après les gigantesques crues de 1856. Jusque là placés sur un même niveau, la ville et le fleuve sont étagés, le bas-port étant désormais surplombé de plusieurs mètres par le quai protégé derrière la digue. Ces travaux ont aussi pour conséquence le regroupement du trafic dans le seul port Édouard-Herriot. La gare d’eau de Vaise est désaffectée. Comme de nombreux autres espaces gagnés sur les terrains instables qui bordent les cours d’eau, elle est rapidement urbanisée.

Une ceinture de fortifications est construite à partir de 1831 et tout au long du XIXe siècle, destinée à défendre la cité contre des attaques étrangères. Cette ambition est à l’inverse de celle qui à Paris, pousse la construction des murailles pour délimiter l’espace de la ville et à percevoir l’octroi ; sa valeur technique et militaire est d’ailleurs très faible dans de nombreux secteurs, où elle n’est constituée que d’un « parapet en terre avec fossé plein d’eau ». En réalité, ce sont surtout les révoltes des canuts qui ont décidé les acteurs politiques et économiques à se soumettre aux demandes des militaires.

Cependant, les servitudes d’inconstructibilité qu’elle impose sont très mal perçues par les Lyonnais, et surtout par les industriels, qui y voient un frein à l’activité économique ainsi qu’une barrière inutile qui fige dans l’espace une métropole qui ne cesse de grandir. En théorie, les deux cent cinquante premiers mètres situés en avant de la muraille représentent la « première zone », censée être non ædificandi ; la seconde, aussi étendue, ne pouvant accueillir que des constructions provisoires ; la troisième, deux fois plus importante, où fossés et levées sont soumis à approbation de l’autorité militaire. Les dérogations à ces règles sont tellement nombreuses sur la rive gauche et à la Croix-Rousse qu’elles deviennent plus courantes que la règle ; sur la rive droite de Saône, seule la première zone est respectée. De même, au droit des forts, une zone vierge de toute construction est prévue du côté de la ville, mais comportant de multiples exceptions. Ces infractions aux principes militaires de rupture empêchent la création comme à Paris d’un corridor non urbanisé entre la ville et ses faubourgs.

La municipalité, dès l’époque napoléonienne mais également ensuite, est très prudente dans les travaux d’urbanisme à engager pour améliorer la cité.

Elle commence par faire réaliser un plan d’alignement des maisons pour uniformiser les largeurs des rues dans les années 1810 – 1813. Ce plan est effectué sur vingt planches au 1/300e. Ces planches servent alors a une longue étude pour définir quelles maisons il faudrait réduire pour améliorer la situation, qui dure de 1813 à 1821. Une synthèse en trois plans généraux, devant servir pour l’action municipale, est établie en 1826. Les contrainte budgétaires expliquent cette lenteur, et la lenteur de l’application des aménagements prévus. En effet, le conseil municipal décide d’attendre que les habitations gênantes soient trop vétustes pour ordonner leur démolition, et n’avoir alors a acheter qu’une portion de sol.

C’est sous le Second Empire que l’essentiel des rénovations urbaines a lieu. Le préfet du Rhône et maire de Lyon Vaïsse entreprend ces amples transformations, à l’instar d’Haussmann à Paris, à la fois pour des raisons de prestige et de sécurité. À la différence des opérations menées à Paris, toutefois, il n’y a pas de véritable rupture entre la politique urbaine menées sous la restauration par Amédée Savoye et Benoit Poncet, d’une part, et celle menée sous le Second Empire par Vaïsse et ses subordonnés d’autre part.

Il s’appuie pour cela sur ses fonctions d’administrateur du département et de maire de Lyon, et sur des hommes : l’ingénieur en chef de la voirie, nommé en 1854, Gustave Bonnet et l’architecte Benoit Poncet, qui réalise la Rue Impériale (actuelle rue de la République) dans les années 1850. La Guillotière, La Croix-Rousse et Vaise sont rattachés à Lyon en 1852 ; à cette occasion, la ville de Lyon est découpée en cinq arrondissements (le 3e comprenant alors les actuels 6e, 7e et 8e ; l’actuel 9e étant englobé dans le 5e). La numérotation est conçue comme empêchant des revendications identitaires de quartiers à la mémoire locale forte.

Une autre des caractéristiques de l’urbanisme du Second Empire est l’attention qui est prêtée au noms des rues, qu’elles soient anciennes ou nouvelles. En effet, la triple annexion de mars 1852 a créé des situations d’appellations doubles, voire triple ou quadruples, de voies. L’arrêté préfectoral du 17 février 1855 modifie une centaine de noms pour éviter les confusions. Il vise aussi à regrouper sous un même vocable différentes dénominations situées toutes dans un même alignement. En effet, les préfets du Second Empire visent la clarification de la ville, afin de donner aux instances politiques une lecture facilitée du tissu urbain. Une autre raison invoquée pour le renommage des voies routières est le remplacement de toponymes évoquant la géographie locale par des noms de personnalités marquantes, capables de forger une conscience nationale. Les anciennes dénominations sont décrites comme « insignifiantes », « ridicules » ou « obscènes ».

La ville s’étendant, la spécialisation sociologique des quartiers s’affirme très nettement. Le deuxième arrondissement, autour de la place Bellecour, devient le quartier privilégié de la noblesse (qui parle d’ailleurs plus volontiers de quartier d‘« Ainay », ou de la place « Louis-Le-Grand ») ; les Terreaux et Saint-Clair, puis les Brotteaux, ceux des banquiers, négociants et fabricants ; la rue Mercière, celui des petits commerçants ; Saint-Georges et Saint-Paul, puis la Croix-Rousse à partir de 1820, enfin Vaise et la Guillotière, ceux des ouvriers. Il est d’ailleurs à noter que, loin des conflits entre corps de métier qui agitent l’urbanisme stéphanois durant tout le XIXe siècle, la cohabitation des différentes industries se passe relativement bien à Lyon : il semble acquis pour tous que la Croix-Rousse est acquise aux soyeux, la teinturerie et l’apprêt sont incontestés au quai Saint-Vincent, etc. La seule implantation qui pose ponctuellement problème est celle des abattoirs de Vaise, dont la construction en amont de Lyon fait craindre aux habitants et surtout aux artisans une pollution des eaux. Les industries de Lyon sont en réalité pour la plupart complémentaires et se développement principalement (du moins à leurs débuts) en fonction de l’industrie textile.

Cependant, si cette géographie vécue est incontestable, ses frontières restent parfois floues, surtout pour les nouveaux quartiers. Ainsi, à la fin du XIXe siècle, les limites de la Croix-Rousse sont parfois assimilées à celles du quatrième arrondissement, mais comprennent parfois également les pentes du premier. De même, la Guillotière n’a pas de véritable frontière septentrionale, et elle englobe ou non les Brotteaux suivant les publications.

La Croix-Rousse est fortement aménagée au cours du XIXe siècle. C’est un quartier industrieux, où les canuts implantent leurs ateliers (auparavant, la plupart étaient situés dans le quartier Saint-Georges). La grande hauteur des métiers Jacquard les obligent à construire de nouveaux bâtiments, comprenant un rez-de-chaussée très haut de plafond (environ quatre mètres). Le quartier se construit assez rapidement. De très nombreux couvents, comme celui des bernardines, ont été fermés à la Révolution ; entre 1815 et 1845, ils sont mis à profits par des promoteurs immobiliers qui rentabilisent la surface disponible en tirant des rues rectilignes face à la pente, en créant de très hauts immeubles, tous construits sur le même modèle, dotés d’ateliers en rez-de-chaussée et de logements des familles ouvrières dans les étages, et percés de larges fenêtres pour faire entrer la lumière même au pied des immeubles.

Comme le Vieux Lyon, la Croix-Rousse est percée de très nombreuses traboules, qui ont avant tout un usage fonctionnel, permettant aux habitants d’avoir à leur disposition un cheminement piéton quasi-privatif du plateau jusqu’au bas des pentes. L’aspect semi-souterrain de ces passages permet en outre aux canuts de transporter leurs pièces de tissu relativement à l’abri de la pluie.

À cet égard, il est intéressant de noter que La Croix-Rousse était parfois nommée « Mont Sauvage » jusque vers 1855, ou, plus localement, « colline Saint-Sébastien ». L’appellation locale religieuse ou faisant référence à un aspect rural est ici gommée.

L’aménagement de la Presqu’île, entre 1845 et 1880, est une opération urbaine de très grande ampleur, qui renouvelle l’immobilier du centre-ville de manière inégalée en France (y compris à Paris). L’architecte investisseur Benoît Poncet joue un rôle de premier plan dans cette transformation, dans laquelle les capitaux privés sont très largement majoritaires. La presqu’île est percée de deux larges avenues ; des ponts (dont les péages sont supprimés) sont rénovés, des quais sont surélevés pour que les nouveaux quartiers soient protégés des crues du Rhône et de la Saône.

La partie méridionale de la presqu’île, au-delà du cours Bayard (actuelles voies ferroviaires de la gare de Perrache), est envisagée dans les années 1820 comme une vaste zone industrielle, suivant les principes de séparation des fonctions urbaines prônés par les hygiénistes, puis les saint-simoniens, enfin par les urbanistes impériaux. La commune vend en 1820 des terrains qui y sont situés, précisant que, durant une période de vingt-cinq ans, ne peuvent y être construits que des établissements industriels. Le maire de Lyon, Jean de Lacroix-Laval, écrit en 1827 qu’il veut y créer un « Manchester lyonnais […], une ville de feu [qui attire non seulement la soierie mécanique, mais aussi] les métaux, verre, mouture des grains, filatures de laine », notamment pour donner du travail aux ouvriers de la soie lors des périodes de faible activité. Rapidement, ce quartier situé au-delà du chemin de fer est déconsidéré (la zone méridionale est appelée « Derrière les voûtes »).

L’espace situé sur la rive gauche du Rhône est, jusqu’en 1852, partie prenante du département de l’Isère. Le rattachement de la commune de La Guillotière à Lyon se fait en 1852 (à la même date, La Croix-Rousse et Vaise sont également rattachées à Lyon).

La rive gauche du Rhône est considérablement développée, des immeubles suivant les grandes avenues et de nombreuses maisons bourgeoises venant se loger entre, dans la verdure. Cette partie de Lyon connaît deux fortes poussées d’urbanisation, en 1853 et 1862. Le parc de la Tête d’Or est construit et des gares sont établies dans les quartiers de Perrache, des Brotteaux, de la Guillotière. En revanche, ce vaste espace de la rive gauche est assez banalisé. Les rues construites sont majoritairement orthogonales et rectilignes, les quartiers construits comportent peu de repères visuels. En effet, peu de monuments sont construits, à l’exception des églises. Cette monotonie de la ville nouvelle est critiquée dans Vieilles pierres lyonnaises par Emmanuel Vingtrinier, qui y voit une copie de la « ville américaine ». Pareillement, Victor-Eugène Ardouin-Dumazet, dans Voyage en France : la région lyonnaise, évoque des espaces « déserts », d‘« interminables files de maison », une « masse confuse de quartiers nés spontanément ». De même encore, Auguste Bleton, écrivant À travers Lyon, s’y plaint de se perdre dans « un pays vague qui n’est pas ni le faubourg, ni la campagne et qui échappe au classement ».

Plus encore qu’à tout autre période, la population de Lyon évolue brutalement dans la deuxième moitié du XXe siècle. En nombre absolu, la population de la commune, même dans les limites actuelles (Croix-Rousse, Vaise, Guillotière comprises), passe de 240 955 habitants en 1846 à 459 099 en 1901, soit un quasi-doublement en à peine plus d’un demi-siècle. Ce doublement se complète d’une réorganisation spatiale. Au milieu du XIXe siècle, la presqu’île rassemble 58,3 % des habitants de Lyon ; au tournant du siècle, cette proportion passe à 29,7 %. La tendance est inverse pour la rive gauche du Rhône, qui passe de 14,9 à 49,9 %. Le plateau de la Croix-Rousse et la rive droite de la Saône restent relativement stables, progressant en nombre absolu d’habitants mais diminuant en poids relatif.

Sous le nouveau régime républicain, la municipalité lyonnaise engage de nombreux travaux pour développer la cité. Pour nombre d’entre eux, ils sont la suite de ceux entrepris par le régime précédent. De grands projets naissent cependant sous le mandat d’Antoine Gailleton, et sont poursuivis par ses successeurs.

L’achèvement de la rénovation du centre-ville est accompli avec le projet du quartier Grôlée. L’entreprise, dirigée par les architectes Delamare et Ferrand, ouvre une voie en diagonale entre la rue de la République et le Pont Lafayette, créant des bâtiments en triangle, comme dans l’urbanisme haussmanien. L’uniformisation du système de numérotation des maisons n’est décidée définitivement qu’au conseil municipal du 12 novembre 1880.

La municipalité Gailleton procède également à la construction de plusieurs ponts, et surtout des Facultés. Enfin, sur la rive gauche du Rhône, c’est sous sa direction que le palais de la préfecture est bâti. En 1884, une partie des fortifications est déclassée, ce qui permet de construire, entre autres, le boulevard des Belges (alors boulevard du Nord) et le boulevard Montgolfier. La politique de renommage des rues se poursuit, en supprimant de manière quasi-systématique les appellations faisant référence au religieux ou à la monarchie, et notamment aux très nombreux noms évoquant la présence antérieure de monastères ou d’églises. Les nouveaux noms font référence à des figures reconnues de la culture nationale, républicaine (Léon Gambetta, Jules Ferry), scientifique (Louis Pasteur), littéraire (Émile Zola, Victor Hugo, Ernest Renan), mais aussi aux figures locales de la culture républicaine (conseillers municipaux, bienfaiteurs de la ville ou des Hospices Civils, érudits des sociétés savantes). D’autres quartiers ne connaissent pas d’évolutions majeures durant ces décennies. Ainsi, Vaise et Perrache sont des zones d’entrepôts et d’industries moyennes. Les Brotteaux, quant à eux, sont à l’époque largement achevés.

Cependant, les préfets Vaïsse et Gailleton sont peu regardants sur la qualité du bâti qu’ils démolissent pour laisser place aux immeubles neufs. Ainsi, Vaïsse fait détruire plusieurs centaines de maisons antérieures au XVIIIe siècle ; en 1874, la gare Saint-Paul est construite dans le quartier historique éponyme au prix de destructions de nombreuses maisons Renaissance. L’ordonnance royale du 2 octobre 1844, créant pour Lyon un plan d’alignement, est toujours valable sous Gailleton. Ce dernier envisage de mettre en vigueur ce plan, jusqu’en 1891 : l’ingénieur-voyer du secteur signale officiellement la présence d’immeubles présentant une qualité architecturale remarquable, et donc à préserver.

La vie paroissiale connaît un fort renouveau. Entre 1840 et 1875, outre les nombreuses églises restaurées, agrandies ou dont le chantier permet l’achèvement, dix-sept nouveaux édifices sont construits, dont une bonne part dans les nouveaux faubourgs comme la rive gauche du Rhône ou la Croix-Rousse. Mgr Bonald, archevêque du diocèse de 1839 à 1870, axe en effet son ministère sur la construction de très nombreuses paroisses destinées à la population urbaine en très forte croissance. C’est notamment l’époque de prédilection des architectes Tony Desjardins (restaurateur de la primatiale, mais aussi architecte des églises Notre-Dame-du-Point-du-Jour, Saint-Polycarpe, Saint-Pierre de Vaise, Saint-André, Saint-Bernard, Pierre Bossan (qui conçoit l’église de Immaculée-Conception, et surtout la basilique de Fourvière, voir paragraphe ci-dessous) puis des disciples de ce dernier, en particulier Clair Tisseur (églises Sainte-Blandine, du Bon-Pasteur) et Louis Sainte-Marie-Perrin (finalisation de la basilique, de Saint-Bruno-les-Chartreux, puis d’autres édifices en banlieue lyonnaise.

C’est à la même époque qu’est construite la basilique de Fourvière. Commencé en 1872, l’édifice est achevé pour l’essentiel en 1888. Il est conçu par les catholiques intransigeants comme un monument de combat, destiné à lutter contre le laïcisme de la Troisième République. En réalité, son origine est beaucoup plus ancienne, remontant au vœu des échevins du consulat en 1643, puis au renouvellement de ce vœu lors des épidémies ayant frappé Lyon au XIXe siècle, et lors de la guerre de 1870. Néanmoins, son mode de financement, essentiellement fondé sur une souscription populaire particulièrement couronnée de succès, fait de la basilique un monument possédé par les Lyonnais eux-mêmes, et non par l’Église institutionnelle (ce qui lui permettra notamment de ne pas être concernée par la loi de 1905).

Au tournant du siècle, il est courant de désigner Lyon par plusieurs périphrases : « de La Claire à la Quarantaine et de la Motte à Saint Irénée » ou encore « des Brotteaux à la Mulatière, de Vaise à La Guillotière ». Certains auteurs sont très restrictifs dans leur définition de la « ville », comme Joséphin Péladan, pour qui « la presqu’île lyonnaise, qui commence au pied de La Croix-Rousse et finit au confluent, contient la vraie ville ». Auguste Canneva va à peine plus loin : « [Du côté des Brotteaux], la civilisation s’arrête au bout des arbres du Cours Morand ». Victor-Eugène Ardouin-Dumazet est plus inclusionniste, déclarant que l’espace urbain englobe Villeurbanne, Bron, Caluire, Saint-Rambert, Écully, La Mulatière et Oullins. La muraille a alors perdu sa fonction de frontière, puisque la ville s’étend sans qu’on éprouve le besoin de l’abattre partout : les derniers vestiges du mur d’enceinte de la rive gauche ne sont démolis qu’au début du XXe siècle ; quant à ceux situés sur la colline de Fourvière, ils subsistent encore en partie au début du XXIe siècle. L’octroi, quant à lui, est supprimé à Lyon en 1901.

Les moyens de communication sont considérablement développés à cette époque, les véhicules à vapeur passant pleinement au stade industriel. Les gares sont construites plus grandes (Saint-Paul en 1872) ou rénovée (Perrache, Brotteaux). Des funiculaires sont ajoutés au premier construit en 1862 (menant à La Croix-Rousse), l’un en 1878, allant de Saint-Jean à Saint-Just et un autre en 1891 entre Croix-Paquet et Croix-Rousse. Le tramway apparait en 1880, tenu par la Compagnie des omnibus et tramway de Lyon, et s’étend rapidement. La première ligne électrifiée relie Lyon à Oullins en 1884.

C’est à cette époque que la population commence à prendre conscience de la profonde rupture urbaine que constituent les grands axes de transport. Édouard Aynard parle ainsi de « Muraille de la Chine » en évoquant les voies de la gare de Perrache, en 1907 ; mais ce jugement de valeur est avancé par les détracteurs du rail depuis environ cinquante ans. « Derrière les voûtes », l’espace qui correspond à l’actuelle Confluence, est un espace qui est quasiment abandonné du conseil municipal durant des décennies : de 1880 à 1910, le quartier devient le lieu privilégié du déversement des ordures ménagères, puis un stockage pétrolier à partir de 1907. Cette expérience traumatisante invite les élus de la rive gauche du Rhône à la circonspection, de peur de créer le même type de barrière dans leur quartier ; or c’est déjà le cas à Vaise, ainsi que dans le quartier de la Mouche (au niveau de la place Jean-Macé). Malgré la puissance de l’interlocuteur (la compagnie Compagnie « PLM ») ainsi que la crainte (exprimée en particulier par la Chambre de commerce) d’entraver le développement économique de Lyon, qui font céder la municipalité face aux exigences ferroviaires, la ville parvient à obtenir des compensations : suppression de passages à niveaux, éclairage et carrelage en céramique des tunnels créés.

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, Lyon est marquée par la figure dominante de l’architecte et urbaniste Tony Garnier. Théoricien, celui-ci imagine Une Cité industrielle (ouvrage publié en 1917, mais déjà partiellement écrit et révélé dès 1904). Il met en pratique ses théories à Lyon, particulièrement sur la rive gauche du Rhône, alors en plein développement : Hôpital de Grange-Blanche, le stade de Gerland ou encore le quartier des États-Unis sont certaines des réalisations empreintes de ses principes.

Le mandat Herriot est un mandat riche en projets d’urbanisme, dans une ambiance intellectuelle de recherche de rupture avec les pratiques antérieures. Le terme d’« urbanisme », nait à cette époque et correspond tout à fait à la volonté des acteurs lyonnais de la transformation de la cité : Tony Garnier, Michel Roux-Spitz, Charles Meysson (architecte de la municipalité), C. Chalumeau (ingénieur en chef de la ville). Il s’agit « de créer quelque chose de contemporain et non pas de perfectionner quelque chose d’existant. Mentalité nouvelle, volonté de se situer non seulement dans le présent mais dans l’avenir ». C. Chalumeau commence par prendre en compte les données les plus exactes possibles de l’existant et des besoins, et établit un plan d’extension présenté à l’exposition internationale de 1914, définitivement arrêté après la guerre en 1919. Jusqu’en 1914, les travaux effectués sont les suites des chantiers engagés par Gailleton, quelquefois retouchés. Avant guerre, Herriot poursuit ainsi le quartier des Brotteaux, autour de la nouvelle gare homonyme, quartier encore fortement marqué par l’architecture haussmannienne. Il fait également construire un grand Lycée, à l’origine annexe du lycée Ampère, le lycée du Parc, désormais emblématique du rayonnement intellectuel de la ville.

Dans les intentions générales voulues par les porteurs du projet de modernisation, une attention particulière est portée à l’hygiène (en 1932, le IIIe congrès international de technique sanitaire et d’hygiène urbaine se tient à Lyon) et aux déplacements. Ainsi, pour répondre à la croissance du flux automobile, et notamment au fait que de nombreuses routes nationales arrivent à la ville, il est décidé de créer une demi-boucle en exploitant la ligne de fortifications déclassées et les bas-ports du Rhône. Quatre ponts sont construits à cette période : le pont de l’Homme de la Roche, le pont Pasteur, le pont Wilson et le pont la Feuillée.

D’autres projets voient le jour, sous l’influence notamment de Tony Garnier, en étroite coordination avec le maire. C’est à cette époque que sont lancés les grands chantiers marquants du mandat Herriot : les abattoirs de la Mouche (début des travaux en 1908), qui comprennent notamment la Grande Halle (aujourd’hui halle Tony-Garnier), l’Hôpital de Grange-Blanche (1911) qui devait remplacer le vieil Hôtel-Dieu, et le stade de Gerland (1913). Tous ces chantiers sont terminés dans l’entre-deux-guerres.

Après la Première Guerre mondiale, les projets s’accélèrent. L’hôpital de la Charité est détruit, laissant sa place à la poste centrale et à une place en continuité de la place Bellecour (aujourd’hui place Antonin-Poncet). Le quartier des États-Unis, fortement inspiré de la cité idéale rêvée par Tony Garnier, est construit dans le VIIe arrondissement (cette partie de l’arrondissement deviendra plus tard le VIIIe). Le stade de Gerland est achevé, mais n’accueillera jamais les Jeux olympiques de 1924 qui ont finalement échu à Paris. Après avoir hésité sur l’emplacement, le port fluvial à trois darses est construit sur son emplacement actuel en 1935 : le port Édouard-Herriot.

D’autres projets avortent. En effet, la ville lance à cette époque un concours par an, concernant à chaque fois un site différent. Peu de ces projets voient réellement le jour. On peut toutefois citer celui de Tony Garnier qui prévoyait de prolonger l’axe Perrache – Victor-Hugo – Bellecour – République – Opéra jusqu’au boulevard de la Croix-Rousse, au prix d’importantes démolitions sur les pentes et d’une reconstruction dans un style moderne. Cette montée monumentale devait déboucher sur un monument aux morts de la Grande Guerre en lieu et place du Gros Caillou, qui aurait été visible depuis la rive gauche, pendant laïc à Fourvière. La démolition de l’Hôtel-Dieu fut également soumise à concours. Il n’en serait resté que le bâtiment construit par Soufflot au XVIIIe siècle, tandis qu’un nouveau quartier aurait vu le jour en plein cœur historique. La démolition-reconstruction du secteur de la Guillotière, autour de la place du Pont fut également envisagée. L’idée de construire des portes qui fixeraient de manière symbolique les limites de Lyon a été lancée, mais jamais réalisée malgré les projets de plusieurs architectes dont Tony Garnier.

Dans la nuit du 12 au 13 novembre 1930, un glissement de terrain dramatique se produit entre la rue Tramassac et la montée du Chemin-Neuf : c’est la catastrophe de Fourvière. Quarante morts sont à déplorer. Cette catastrophe fait prendre conscience aux pouvoirs publics de l’état de déshérence dans lequel sont les quartiers anciens, délaissés par les opérations urbaines (déjà, en 1852, la rive droite de la Saône est qualifiée par Francis Linossier de « seconde ville sous le plâtre » ; d’autres auteurs y font référence comme à « la ville de Moyen Âge » ou à un « quartier mort »). Le maire Édouard Herriot juge pour sa part que « le vieux Lyon est un ramassis de taudis, tout juste digne de l’équarrisseur » et qu‘« il faut démolir tous les immeubles de la rue de la Bombarde ».

En 1938 est lancé un « Concours pour l’embellissement du vieux Lyon » dont les principes sont fortement inspirés de la Charte d’Athènes. Le lauréat, Pierre Bourdeix, architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux (depuis 1937) prévoit l’agrandissement de la place Saint-Jean, l’aménagement d’un jardin ainsi que d’une fontaine face à la cathédrale. Jean Zay, ministre de l’éducation nationale, s’oppose à ces destructions en faisant inscrire les immeubles de la place Saint-Jean à l’inventaire des monuments historiques. L’étape suivante aurait consisté en la rénovation de l’ensemble du quartier de part et d’autre d’une grande rue de vingt mètres de largeur ; tous les bâtiments du quartier, jugés dangereux et insalubres, sont promis à la démolition, à l’exception de la primatiale et du musée Gadagne. Bourdeix prévoit enfin l’installation d’un marché-gare desservi par la gare Saint-Paul. Le conseil municipal du 7 mars 1938 montre l’opposition entre une municipalité « bâtisseuse », qui prévoit d’acquérir et de détruire une grande partie des bâtiments afin de « dégager la cathédrale jusqu’à la colline de Fourvière », et un pouvoir « parisien » (Paul Gélis, architecte en chef des Monuments Historiques, Émile Bollaert, préfet du Rhône et ancien directeur des Beaux-Arts) soucieux de préservation du patrimoine, qui en 1937 avait fait inscrire 88 immeubles constituant près d’un millier de logements à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Tous ces projets sont retardés, puis ajournés définitivement par la Seconde Guerre mondiale.

La population de Lyon évolue encore au cours de la seconde moitié du vingtième siècle. Entre 1946 et 1966, la ville passe de 460 748 habitants à 524 569, cette croissance constituant pour partie un rattrapage de la population perdue durant la guerre. Toutefois, comme durant la période précédente, la répartition de cette population continue de se modifier. La rive gauche, déjà prépondérante (57 % de la population communale) à la sortie de la guerre, en accueille 59,5 % vingt ans plus tard. La Croix-Rousse (4e arrondissement) et la rive droite de la Saône (5e et 9e) progressent également légèrement plus vite que l’ensemble de la municipalité. C’est la presqu’île (1er et 2e arrondissements qui perd des habitants, même en termes absolus, passant sous le seuil des 100 000 résidents.

Mais la principale évolution de la population est à chercher ailleurs : la population agglomérée n’est plus seulement celle de la commune, mais rassemble une agglomération comptant de plus en plus de municipalités. L’agglomération lyonnaise devient rapidement millionnaire, comptant 1 152 805 habitants en 1975, 1 318 000 en 1999

Les Trente Glorieuses sont marquées par un fort interventionnisme de l’État, qui mène des grands travaux dans la ville, particulièrement sur les infrastructures. Les tunnels de la Croix-Rousse et de Fourvière sont creusés, le centre d’échanges de Perrache construit, les autoroutes A6 et A7 traversent le centre-ville. Un des résultats de cette politique est la persistance et même l’aggravation de l’isolement de la partie méridionale de la Presqu’île, séparée du quartier Bellecour par la désormais double barrière que forme le centre d’échanges routier le long des voies de chemin de fer, et séparé du Rhône par l’autoroute.

Dans les premiers temps de l’après-guerre, la Charte d’Athènes reste toujours une référence pour les acteurs de l’aménagement. Son principe de construction de grands immeubles d’habitation aboutit à la création de grandes cités qui servent notamment à loger l’excédent de population que créent le baby boom, l’immigration et le rapatriement des Pieds-noirs d’Algérie. Son principe de séparation des fonctions aboutit à la création de quartiers spécialisés. Le maire Louis Pradel est en quelque sorte le symbole de cette période. « Préférant toujours couler du béton que de restaurer de vieux bâtiments, [il] aurait prescrit un bon coup de bulldozer. Il se contenta d’un autre projet : la création d’un pont en face de la rue Grenette que prolongerait un large boulevard sur la colline de Fourvière. ». Il avait par ailleurs fortement pesé dans la décision de faire passer l’autoroute par le centre-ville, faisant remarquer après coup que sa ville était alors la seule au monde, avec Los Angeles, à pouvoir être traversée « tout droit, sans un feu rouge ».

Les bas-ports sont en partie remblayés pour aménager des voies de passage dédiées à l’automobile, dont le cas le plus emblématique reste l’autoroute qui longe la rive droite du Rhône entre le pont de la Mulatière et le centre d’échanges de Perrache. Ailleurs, quand les bas-quais n’ont pas été remblayés à hauteur du quai, ils ont été transformés en espaces de stationnement, soit de plain-pied (rive gauche du Rhône) soit en silos (rive droite de la Saône). L’espace situé au sud du confluent est durablement transformé par les aménagements de la Compagnie nationale du Rhône, qui y construit le barrage de Pierre-Bénite : les lônes et les îles de cette section demeurée relativement préservée disparaissent. En outre, le niveau de l’eau est stabilisé par la retenue, les cours d’eau y perdant leurs variations saisonnières et annuelles.

Cette période est également marquée par la constitution de la Communauté urbaine de Lyon (COURLY, renommée « Grand Lyon »), une des structures intercommunales créées par l’État pour aménager et gérer le territoire métropolitain. Le paradoxe de l’émergence de cette structure intercommunale aux compétences élargies est qu’elle est imposée par l’État.

Un des symboles forts des années 1970 est la fondation en septembre 1978 de l’Agence d’Urbanisme de la Communauté Urbaine (ou AGURCO), devenue en 2014 UrbaLyon. Elle est alors dirigée par Jean Frébault. Elle vient se substituer à l’Atelier d’Urbanisme de la ville de Lyon, créé en 1961 par Charles Delfante et transformé en atelier d’agglomération en 1969. La principale différence avec ces deux structures plus anciennes est son financement local, et non étatique, reflétant la prise en main de l’urbanisme par la collectivité territoriale. Cet atelier était une petite structure, qui comptait en 1975 seulement trente-cinq personnes.

Rapidement, l’agence de Lyon devient l’une des trois plus importantes de France, comptant un effectif de 76 personnes en 1999, 88 personnes en 2003 et 103 en 2014.

À partir de 1964, une prise de conscience de l’intérêt patrimonial du bâti ancien s’effectue. Le revirement le plus spectaculaire concerne le quartier du Vieux Lyon : maintes fois promis à une destruction totale ou partielle, en déshérence sociale, composé de logement en grande partie insalubres, il est sauvé des destructions par André Malraux : en vertu de la loi qui porte son nom, votée deux ans plus tôt, ce dernier crée dans le Vieux Lyon le premier secteur sauvegardé de France. La réhabilitation du bâti est systématisée entre 1970 et 1995, et la fréquentation touristique commence à croître. Certains réflexes de rénovation urbaine lourde restent toutefois en place : en 1970, de grandes demeures bourgeoises de la rue Mercière, comportant trois ou quatre étages donnant sur cour intérieure, sont ainsi rasées.

Le 5 décembre 1998, le Vieux Lyon, mais aussi les collines de Fourvière et de la Croix-Rousse et toute la partie nord de la Presqu’île sont classés au patrimoine mondial.

Dans les années 1990, le principal projet urbanistique à Lyon est la Cité internationale, avec le déplacement de la foire de Lyon sur le site d’Eurexpo à Chassieu.

Les décennies 2000-2010 et 2010-2020 sont marquées par la loi SRU qui encourage réglementairement la reconstruction de la ville sur elle-même et le renouvellement urbain.

C’est dans cette perspective que sont menées de très importantes opérations d’urbanisme, comme l’aménagement du quartier de la Confluence, qui concerne tout le sud de la Presqu’île, au-delà de la gare de Perrache. Le marché gare déménage pour Corbas, le site originel étant détruit pour laisser place à un nouveau quartier ; les prisons Saint-Paul et Saint-Joseph sont également déplacées à Corbas, leurs locaux étant réhabilités par l’université catholique de Lyon.

Lyon connaît durant ces années également des réaménagements en faveur d’espaces verts dont le plus marquant reste l’aménagement des berges du Rhône, mais également d’autre aménagements d’ampleur comme le parc de Gerland en 2000 ou le parc Sergent Blandan dans les années 2010.

On peut également voir cette logique dans le développement continu de la Part-Dieu, avec la construction d’un ensemble de bureaux d’abord au nord du quartier le long de l’avenue Thiers, puis au sud autour du quartier Montluc et de la ZAC de la Buire. En parallèle de ces développements, le quartier de la Part-Dieu voit la construction de gratte-ciel comme la tour Oxygène puis la tour Incity.

Un autre quartier touché par ces restructurations est celui de Gerland, qui se spécialise fortement autour de l’industrie pharmaceutique, avec la constitution de Lyonbiopôle. Le laboratoire P4 Jean Mérieux est inauguré en 1999. Le quartier accueille également le siège social de Merial en 2011. En parallèle, le nord du quartier de Gerland connait la construction de nombreux complexes résidentiels avec la ZAC des Girondin et la ZAC du Bon Lait.

Enfin, le centre-ville historique connaît également plusieurs opérations d’aménagement comme la réhabilitation de l’opéra de Lyon en 1993, la démolition de l’ancien Grand Bazar ou encore le périmètre de restauration immobilière (PRI) des pentes de la Croix-Rousse entre 2001 et 2006.

En 2015, la communauté urbaine de Lyon est transformée en métropole à statut particulier et unique en France, la métropole de Lyon.

Apple Lisa

Le Lisa (pour Local Integrated Software Architecture) est un ordinateur personnel lancé par Apple en 1983. Il s’agit de l’un des premiers ordinateurs personnels à posséder une souris et une interface graphique. Celle-ci était inspirée de celle des stations de travail Xerox. L’idée du Lisa était d’augmenter la productivité en rendant les ordinateurs plus faciles à utiliser. Le projet Lisa démarra en 1978. Steve Jobs, cofondateur d’Apple, participa à son développement jusqu’en 1982, date à laquelle il rejoignit le projet Macintosh.

Le nom « Lisa » vient de Lisa Brennan-Jobs, la fille de Steve Jobs. Son personnage apparaît dans le téléfilm Les Pirates de la Silicon Valley, qui relate les débuts de la micro-informatique aux États-Unis ainsi que dans le film Steve Jobs.

Le Lisa fut lancé le pour un prix de 9 995 dollars (70 200 francs en France, soit 21 000 euros de 2014). Il utilisait un processeur Motorola 68000 à 5 MHz, avait 1 Mo de RAM, un disque dur externe de 5 Mo et deux lecteurs de disquettes 5,25″ de 871 ko. Son système d’exploitation était Lisa OS, qui utilisait le multitâche coopératif, fonction inconnue des ordinateurs personnels de l’époque, qui a été utilisé depuis le système 0.0 (1984), jusqu’au système 9.0 (1999). Cette fonction était en partie responsable de la lenteur de la machine.

Lors du lancement du Macintosh, le Lisa était présenté comme la machine de développement pour les logiciels Macintosh, ceci en particulier grâce à sa capacité en RAM de 1 Mo que n’avait pas le Macintosh. Le Macintosh étant présenté uniquement comme une machine d’exécution à ses débuts.

« Macintosh est le moins cher, avec 192 ko de mémoire centrale [mémoire vive et morte, certainement un argument commercial]. Sa taille et son poids le rendent transportable. Il est surtout destiné à une utilisation clé en main. On peut bien sûr programmer sur Macintosh, mais généralement l’élaboration de logiciels se fera sur Lisa qui offre une plus grande aisance de programmation. »

—  Science et vie micro, n° 9, septembre 1984, p. 96

Malgré son caractère révolutionnaire pour l’époque, le Lisa fut un énorme échec commercial pour Apple, en raison essentiellement de son prix très élevé : annoncé un an plus tard avec des fonctionnalités plus faibles (pas de multitâche), mais pour un quart de son prix, le premier Macintosh allait se révéler un grand succès.

Les Lisa fonctionnant encore sont devenus aujourd’hui des objets de collection, dont la valeur peut monter à plusieurs milliers d’euros.

En même temps que la sortie du Macintosh, en , le Lisa fut remplacé par le Lisa 2. Celui-ci possédait un lecteur de disquette 3,5″ de 400 ko au lieu des deux lecteurs 5,25″ de 871 ko. Des versions avec disques durs de 5 Mo et 10 Mo furent commercialisées sous les noms de Lisa 2/5 et Lisa 2/10.

En , le Lisa 2/10 fut doté d’un émulateur Macintosh et renommé en Macintosh XL.

White Ship

The White Ship (French: la Blanche-Nef) was a vessel that sank in the English Channel near the Normandy coast off Barfleur, on 25 November 1120. Only one of those aboard survived. Those who drowned included William Adelin, the only legitimate son and heir of King Henry I of England, half-sister Matilda, and his half-brother Richard. William Adelin’s death led to a succession crisis and a period of civil war in England known as the Anarchy.

The White Ship was a newly refitted vessel captained by Thomas FitzStephen, whose father Stephen FitzAirard had been captain of the ship Mora for William the Conqueror when he invaded England in 1066. Thomas offered his ship to Henry I of England to use it to return to England from Barfleur in Normandy. Henry had already made other arrangements, but allowed many in his retinue to take the White Ship, including his heir, William Adelin; his illegitimate son Richard of Lincoln; his illegitimate daughter Matilda FitzRoy, Countess of Perche; and many other nobles. According to chronicler Orderic Vitalis, the crew asked William Adelin for wine and he supplied it to them in great abundance. By the time the ship was ready to leave there were about 300 people on board although some had disembarked before the ship sailed due to the excessive drinking.

The ship’s captain, Thomas FitzStephen, was ordered by the revellers to overtake the king’s ship, which had already sailed. The White Ship was fast, of the best construction and had recently been fitted with new materials, which made the captain and crew confident they could reach England first. But when it set off in the dark, its port side struck a submerged rock called Quillebœuf, and the ship quickly capsized. William Adelin got into a small boat and could have escaped but turned back to try to rescue his half-sister, Matilda, when he heard her cries for help. His boat was swamped by others trying to save themselves, and William drowned along with them. According to Orderic Vitalis, only two survived by clinging to the rock that night. One was Behold, a butcher from Rouen; the second was Geoffrey de l’agile, who eventually drowned. The chronicler further claimed that when Thomas FitzStephen came to the surface after the sinking and learned that William Adelin had not survived, he let himself drown rather than face the King.

One legend holds that the ship was doomed because priests were not allowed to board it in the customary manner. For a complete list of those who did or did not travel on the White Ship, see Victims of the White Ship Disaster.

A direct result of William Adelin’s death was the period known as the Anarchy. The White Ship disaster had left Henry I with only one legitimate child, a second daughter named Matilda. Although Henry I had forced his barons to swear an oath to support Matilda as his heir on several occasions, a woman had never ruled in England in her own right. Matilda was also unpopular because she was married to Geoffrey V, Count of Anjou, a traditional enemy of England’s Norman nobles. Upon Henry’s death in 1135, the English barons were reluctant to accept Matilda as queen Regnant.

One of Henry I’s male relatives, Stephen of Blois, the king’s nephew by his sister Adela, usurped Matilda as well as his older brothers William and Theobald to become king. Stephen had allegedly planned to travel on the White Ship but had disembarked just before it sailed; Orderic Vitalis attributes this to a sudden bout of diarrhoea.

After Henry I’s death, Matilda and her husband Geoffrey of Anjou, the founder of the Plantagenet dynasty, launched a long and devastating war against Stephen and his allies for control of the English throne. The Anarchy dragged from 1135 to 1153 with devastating effect, especially in southern England.

Contemporary historian William of Malmesbury wrote:

„Here also perished with William, Richard, another of the King’s sons, whom a woman without rank had borne him, before his accession, a brave youth, and dear to his father from his obedience; Richard d’Avranches, second Earl of Chester, and his brother Otheur; Geoffrey Ridel; Walter of Everci; Geoffrey, archdeacon of Hereford; the Countess of Chester; the king’s niece Lucia-Mahaut of Blois; and many others … No ship ever brought so much misery to England.“

Ballonerbse

Ballonerbse (Lessertia frutescens)

Die Ballonerbse (Lessertia frutescens, Syn.: Colutea frutescens L., Sutherlandia frutescens (L.) R. Br.), ist eine Pflanzenart aus der Unterfamilie Schmetterlingsblütler (Faboideae) in der Familie der Hülsenfrüchtler (Fabaceae, Leguminosae).

Es ist eine traditionelle südafrikanische Heilpflanze, die in den letzten Jahren aufgrund ihres erfolgreichen Einsatzes als Tonikum bei AIDS- und Krebspatienten ein zunehmendes wissenschaftliches und öffentliches Interesse weckt.

Bei Lessertia frutescens handelt es sich um einen immergrünen Halbstrauch der Wuchshöhen von bis zu 1 m erreicht, der ausschließlich in den Wüsten des südlichen Afrikas (Südafrika, Namibia, Botswana) verbreitet ist. Die schmalen, leicht behaarten, silbrig erscheinenden Fiederblätter und die auffälligen roten Schmetterlingsblüten, in zahlreichen Büscheln angeordnet, weisen auf die Zugehörigkeit zur Familie der Hülsenfrüchtler hin. An den ballonartig aufgeblasenen, rot überlaufenen Fruchthülsen ist die Pflanze leicht zu erkennen. Lessertia ist eine Pionierpflanze, d. h., sie kann extreme Bedingungen ertragen und wächst als erste Art an Stellen, wo noch keine andere Pflanzen gedeihen können. Dringen andere Pflanzenarten in diese Gebiete vor, verschwindet die Art.

Die Einheimischen nutzen diese Art schon seit Jahrhunderten als vielfältig einsetzbares Heilmittel. Diese Pflanzenart wird von traditionellen Heilern zur Stärkung des körpereigenen Abwehrsystems bei den verschiedensten Krankheiten eingesetzt. So nennt das Volk der Sotho die Pflanze Lerumo-lamadi – „Speer des Blutes“, weil Sutherlandia das Blut reinigen und so den Körper kräftigen soll. Cancer-Bush (auf deutsch: Krebsbusch, auf Africaans: kankerbos) ist ein anderer Name, unter dem die Pflanze in Südafrika bekannt ist. Auch während der Grippeepidemie 1918 wurde die Pflanze eingesetzt und wird seitdem von dem Volk der Zulu Unwele genannt – „die wunderbare Medizin“.

Als Hauptinhaltsstoffe enthält Sutherlandia zahlreiche Aminosäuren, wie z. B. L-Canavanin, daneben D-Pinitol und Gamma-Aminobuttersäure (GABA), Saponine, Phenole, Tannine, Herzglykoside und mehrere Flavonoide. L-Canavanin, eine nichtproteinogene Aminosäure, fungiert als ein L-Arginin-Antagonist, verringert die Aufnahme essentieller Aminosäuren aus dem Darm und stört die Proteinbiosynthese. Die Zusammensetzung der Ballonerbsenzubereitungen unterliegt starken Variationen, die von genetischen Unterschieden, Anbauort, Jahreszeit, Erntemethode, verwendeten Pflanzenteilen und Verarbeitungsverfahren abhängen.

Gemäß den Richtlinien der Weltgesundheitsorganisation für die Bewertung pflanzlicher Arzneimittel wird die Droge als sicher eingestuft, da die Geschichte der sicheren Anwendung in Südafrika weit in die Vergangenheit zurückreicht. Es sind keine schweren unerwünschten Nebenwirkungen dokumentiert. Es existieren lediglich vereinzelte Berichte über einen leichten diuretischen Effekt, Durchfall, Verstopfung und trockene Mundschleimhaut nach Einnahme von Sutherlandia. L-Canavanine kann an Stelle von Arginin in Proteine eingebaut werden, was bei längerer Anwendung zu Autoimmunkrankheiten führen kann. So kann ein Lupus erythematodes auftreten. Darüber hinaus gibt es Einzelberichte über Fehlbildungen und Fehlgeburten.

Tifton (soil)

Tifton soil is the official state soil of the state of Georgia.

A typical Tifton soil profile consists of an 11 inches (280 mm) topsoil of dark grayish brown loamy sand. The subsoil extends to about 65 inches, strong brown fine sandy loam to 22 inches; yellowish brown sandy clay loam to 40 inches; yellowish brown mottled, sandy clay loam to 60 inches, and strong brown, mottled sandy clay to 65 inches. Two distinctive features of the Tifton soil profile are the presence of more than 5 percent ironstone nodules in the upper part of the soil and more than 5 percent plinthite in the lower part of the soil.

Tifton soils are on nearly level to gently sloping uplands of the Southern Coastal Plain. They formed in loamy sediments of marine origin. Tifton soils are among the most agriculturally important soils in the state. Twenty-seven percent of Georgia’s prime farmland is on Tifton soils, more than twice as much as any other soil series. Cotton, peanuts, soybeans, and corn are the principal crops grown on these soils.

Diócesis de Chosica

La Diócesis de Chosica (en latín: Dioecesis Chosicanus) es una jurisdicción eclesiástica de la Iglesia Católica en el Perú, con sede en Chosica, y hace parte de la provincia eclesiástica de Lima.

La diócesis se formó en 1996 por el papa san Juan Pablo II como Diócesis de Chosica.

El actual obispo, monseñor Norbert Klemens Strotmann Hoppe, M.S.C. , fue nombrado por el papa Juan Pablo II el 11 de enero de 1997. La sede titular del obispo es la Catedral de San Andrés de Huaycán.

La diócesis cuenta en el año 2013 con 30 parroquias, abarca unos 3 418 km² en los que habitan 1 931 000 personas, de las cuales 1 706 000 son católicas, o sea el 88,3% de la población, siendo atendidos por 131 sacerdotes.

El 14 de diciembre de 1996 el papa san Juan Pablo II erigió la diócesis de Chosica con territorio desmenbrado de la arquidiócesis de Lima, siendo reconocida por el Estado en 1997. El 22 de marzo de 2000 se fundó el Seminario Mayor „San Martín de Porres“. Al año siguiente, el 6 de julio de 2001 la Sagrada Congregación de los Obispos agregó el territorio de cuatro parroquias pertenecientes a la prelatura territorial de Yauyos.

La diócesis de Chosica es dirigida por el obispo de Chosica y un obispo auxiliar, que es el vicario general de Chosica, que ayuda en la administración como parte de la curia diócesana.

Monseñor Norbert Strotmann Hoppe, M.S.C., actual obispo diócesano, fue nombrado por el papa san Juan Pablo II el 11 de enero de 1997, siendo anteriormente nombrado el 14 de diciembre de 1996 como administrador apostólico de Chosica.

Actualmente se desempeña como obispo auxiliar de la diócesis el prelado Arthur Joseph Colgan, C.S.C. Monseñor Athur Colgan fue nombrado obispo auxiliar de Chosica por el papa Francisco el 13 de octubre de 2015 como titular de Ampora recibiendo la ordenación episcopal el 12 de diciembre de 2015, siendo su consagrador principal el obispo Norbert Strotmann Hoppe, M.S.C. en la Catedral de San Andrés de Huaycán.

La diocesis fue erigida el 14 de diciembre de 1996 por el papa san Juan Pablo II como Diócesis de Chosica. La sede episcopal de Chosica ha sido gobernada por un prelado.

Está ubicada en el centro-oeste del Perú, en la provincia metropolitana de Lima. Abarca los distritos civiles de San Juan de Lurigancho, Santa Anita, Ate, Chaclacayo y Chosica. Limita al suroeste con la sede metropolitana de Lima, al oeste con la diócesis de Carabayllo, al norte con la diócesis de Huacho y al este con la prelatura territorial de Yauyos.

La diócesis de Chosica para su organización interna y la provisión del servicio pastoral, se divide en cuatro vicarias, que integran parroquias. Cada vicaria está a cargo de un vicario, siendo el coordinador en su circunscripción. Además, cada vicario funge a la vez como párroco de la parroquia sede de su vicaria.

Como parte de su compromiso y misión, la educación ha sido una prioridad, ofreciendo una formación sacerdotal como también una profundización en los conocimientos de las ciencias sacras.